Cinq choses qu’un piano numérique ne remplace pas

En écho à mon article « 10 avantages d’un piano numérique », voici en quelque sorte les désavantages de ce dernier.

Car même si le piano numérique me semble être une solution tout à fait viable pour apprendre et jouer du piano, le jeu n’est pas encore le même que sur un vrai piano, mais ce n’est pas le même prix non plus !

1. Le toucher du piano numérique

Bien que s’améliorant de façon constante, le toucher d’un piano numérique n’égale toujours pas celui d’un acoustique. Attention toutefois, le toucher ne sera pas forcément plus « dur ». Le clavier de mon piano numérique est plus dur que celui du piano à queue sur lequel je joue mes examens.

2. Les notes longues ne tiennent pas aussi longtemps

Un défaut assez récurent chez les pianos numériques vient des notes les plus graves. Même en gardant la note enfoncée, il sera très dur voire impossible de faire sonner une note pendant 20 secondes, comme c’est le cas avec un piano acoustique.

3. Les « vibrations »

Que ce soit pour le pianiste ou pour le spectateur, le piano numérique ne reproduit pas les « vibrations » que l’on peut ressentir en écoutant une pièce jouée sur un piano acoustique (encore plus s’il s’agit d’un piano à queue). On peut cependant dire pour sa défense qu’il nous propose en échange le son des plus grands pianos à queue puisque les échantillons musicaux ont été enregistrés sur ces derniers.

4. Le plaisir

Si vous avez l’occasion de jouer sur un bon piano à queue, vous approcherez probablement du nirvana du piano : sonorité, toucher… Tout y est !

Par contre ce sont vos voisins et vos proches qui risquent de faire la tête.

5. La consommation électrique

Eh oui ! Il ne demande pas d’être accordé mais consomme tout de même de l’électricité. Je n’ai aucun chiffre mais il serait intéressant d’y regarder de plus près. Mais il y a plus grave : en cas de panne électrique, pas de piano !

Alors, quel choix avez-vous fait : numérique ou acoustique ?

13 commentaires

  1. Loïs

    Pour ma part, j’ai choisi un piano numérique principalement pour son prix attractif. Cependant j’aimerais de tout cœur passer sur piano acoustique rien que pour la qualité du son, et ne plus jouer en écoutant un son électrique mais un son « normal ».
    Merci beaucoup de tenir ce site à jour, il est très complet pour un débutant comme moi ^^

    Répondre
  2. Romain

    J’avais pour ma part fais le choix d’un piano numérique, mais même si le toucher est plaisant ca n’a strictement rien à voir avec un vrai piano. C’est même frustrant. Ca doit faire 2 ans que je n’ai pas touché de vrai piano, et si j’en avais l’occasion je crois que je pourrais avoir un orgasme :D
    Cependant, en me baladant dans un magasin de musique j’ai vu qu’il faisaient des piano numériques avec un toucher vraiment très très proche d’un piano maintenant ! (mais le prix est élevé…)

    Répondre
  3. Youp

    Piano à queue à domicile (le week end), et numérique pendant ma semaine au kot.

    Et là, je peux vous dire que jouer sur le piano numérique, ça me frustre.
    ça manque de toucher, d’expression, de pleins de choses en fait. C’est bon pour le travail technique (et encore), mais pour l’interprétation, ça montre vite ses limites.

    Enfin, ça a des points positifs, mais ça peut être aussi terriblement frustrant.

    Répondre
  4. Glenn

    Les différences entre piano acoustique et piano électrique sont importantes dans la mesure où elles influent sur le toucher du pianiste. Apprendre trop longtemps sur un piano électrique durcit le toucher, appauvrit la sensibilité des doigts. La main est alors réduite à une grappe de petits marteaux percussifs que sont les doigts.
    Tout au contraire, on apprend à caresser un piano acoustique qui nous sait bien nous le rendre dans la matière sonore alors produite. La main s’étend à l’avant-bras, au bras puis au corps tout entier. Ma conviction est celle-ci : on ne devient pas pianiste en étudiant sur un faux piano !

    Répondre
  5. Lana

    je possède un Yamaha électrique derneir cri, avec la reconstitution de vrais marteaux (fabriqué à la demande)… Au-delà des avantages que j’en tire (possiblité de travail avec les écouteurs à tout moment de la journée/nuit), je constate que je me suis abîmée les doigts (surtout le 5me), cassé la ligne de la main, endurci mon toucher (je règle le son normalement, mais pour obtenir des nuances de ff à pp, je dois taper sur le clavier, même pour le pp -> je deviens un monstre quand je touche au piano normal), et abîmé l’oreille (je suis sous le choc quand j’entends ce que le vrai piano peut faire… le velouté! ! ! ! ! ! ! ! ! ). me croyant en perte de la vélocité, je m’astreins aux exercices physiques effreinés… et je me rends compte que ces problèmes n’existent pas sur un piano normal.
    bref, à la recherche d’un petit piano à queue, pas moins !

    Répondre
  6. Mat

    bonjour,

    pour répondre à votre question sur le coût électrique annuel :

    Un magnifique Clavinova CLP-470 consomme 45W d’électricité.

    Le coût EDF en juillet 2012 est de 0,12€ le kWh hors abonnement et tarifs de « nuit ».

    Ainsi jouer une heure de piano électrique par jour, donne un coût d’électricité annuel de … 2 €.

    45W x 365h x 0,12€ = 16,4 kWh x 0,12€ = 2€
    Musicalement,
    Mat

    Répondre
  7. Stephane

    J’ai choisi un numérique Roland, dont le son et le toucher me plaisait, en magasin. C’est grâce au numérique je me suis mis au piano, grâce au casque que j’ai pu répéter seul, sans peur d’être jugé ou écouté dans mes erreurs, que j’ai pu jouer la nuit, le soir, sans déranger mon entourage. Numérique = liberté. Ensuite, c’est grâce à d’autres sons fournis avec que j’ai pu répéter encore et encore sans me lasser. Il est tout à fait transportable et je n’aurai pas la place d’un piano plus grand. Et quand je passe au piano de ma prof, ben il est souvent mal accordé, les notes sonnent pas forcément toute bien. J’ai essayé de très beaux acoustiques en magasin, oui je comprends. Seulement à part avoir un niveau extra, la plupart des gens n’entendent pas la différence et surtout ça résonne, incroyablement, trop même ! C’est gênant, intimidant quand on débute. Le numérique c’est la liberté, la démocratisation et donc certains ne supportent pas. Il vont donc comparer UN modèle (qui ne leur convient pas) avec leur cher acoustique et se convaincre qu’ils ont raison.

    Répondre
  8. Coudor

    Ayant joué au conservatoire, et alors que nous attendions notre tour pour notre leçon, nous écoutions au travers de la porte les différents pianos…Impossible de reconnaitre un acoustique d’un numérique (sauf pour le piano queue qui avait du « coffre ») je vous parle de ça il y a 5 ans, depuis les numériques ont encore progressé…D’ailleurs depuis peu les conservatoires n’achètent plus que des numériques alors il faut vivre avec son temps…
    personnellement j’ai un Nordstage ex88 avec un ampli Bose L1, je défie quiconque (a part un accordeur) de faire une différence entre un acoustique et un numérique…Et je ne parle pas des sons fabuleux des pianos Rhodes, orgues Hammond, clavinet etc etc…Alors oui pour la nostalgie des vieux acoustiques mais pour le reste…

    Répondre
  9. Mayalikaa

    Je souhaite me remettre au piano, mais n’ai pas la place pour un piano acoustique (ni le budget).
    Qu’y a-t-il de mieux pour un faux débutant ? L’idée, c’est vraiment de faire des exercices et de commencer à travailler des petits morceaux. J’aimerais que le touché se rapproche au maximum de celui d’un « vrai » piano, et qu’il ne soit pas trop cher… mais je peux essayer d’en trouver un d’occas. Merci !

    Répondre
    • Fnor

      Salut, tu peux jeter oeil ici. Cependant il faut rechercher un toucher lourd pour simuler le toucher d’un piano, et il faut malheureusement y mettre un certain prix.

  10. joseph

    @Coudor

    J’ai fortement du mal à y croire.
    Enfin, si vous êtes français, vous parlez probablement de conservatoire en tant qu’académie chez nous.

    Mais personnellement, même si les pianos acoustiques sur lesquels nous avons l’occasion de travailler ne sont pas terribles dans mon établissement, il n’empêche que je sais faire la différence entre les deux.

    Et encore plus quand on doit travailler dessus. Sur un piano numérique, le son m’irrite, les nuances me frustrent, et j’ai une fâcheuse tendance à diminuer le son quand je joue, et à être dégoûté après une session d’1-2h.
    Après, quand je joue sur un numérique, c’est sur un clavinoca, je sais pas quel modèle exactement.

    Mais cela, un autre pianiste qui a un très bon électrique chez lui, viens quand même travailler sur les acoustiques. Principalement sur les pianos à queue certes, mais pas pour le coffre, pour le son, et le toucher.

    Répondre
  11. Spianissimo

    @Coudor
    Oui, c’est vrai ce que tu dis mais celui qui fait la différence entre le numérique et l’acoustique, ce n’est pas l’auditeur mais le pianiste…

    Répondre
  12. Yoda

    Je suis pianiste amateur et tout débutant. il y a aussi des pianos numérique à l’académie ou je suis inscrit(Belgique) et d’après les profs, rien de tel qu’un vraie piano.Pour le moment le numérique n’est qu’une béquille vis à vis du piano acoustique. Et s’ils ont des numérique c’est peut-être pour une question de budget. Avec l’évolution il est possible que le numérique équivaudra au piano mécanique, mais c’est pas pour maintenant.(il faut voir aussi le prix, il y a des numériques à 5000€ celui que j’ai c’est un bas de gamme 1200€).

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.