A quoi bon lire la partition ?

Derrière ce titre volontairement provocateur se cache une réflexion personnelle sur l’usage des partitions. Non pas que je critique leur utilité pour communiquer entre musiciens, ou pour apprendre un morceau, mais faut-il encore lire la partition une fois le morceau maîtrisé ?

Etant jeune et ayant une bonne mémoire (il paraît que plus on l’utilise, mieux elle se porte), je mémorise rapidement tous mes morceaux et j’en viens à ne plus devoir utiliser ma partition. Et cela s’est très bien passé jusqu’à l’année passée.

Seulement voilà, j’ai changé de professeur et la nouvelle tient absolument à ce que je suive la partition. N’y étant pas habitué, c’est réellement une difficulté supplémentaire pour moi au point qu’au début j’apprenais d’abord à jouer le morceau les yeux fermés avant de regarder à nouveau la partition.

Mais, à quoi ça sert de regarder la partition si on connait déjà le morceau ? Si vous ne vous êtes jamais posé la question, moi bien !

A force de pratiquer, trois raisons évidentes m’apparaissent :

1. En cas d’erreur, vous pouvez facilement reprendre là où vous étiez

Si vous jouer vos morceaux de mémoire, voire « mécaniquement » (j’entends par là que vous jouez sans vraiment avoir les notes en tête), il a déjà dû vous arriver de faire une erreur et de vous arrêter, complètement perdu.

Et là, bien sûr, impossible de retomber sur le passage du morceau que vous jouiez. Vous recommencez alors la partie en cours, voire le morceau en entier !

Suivre la partition vous permettrait de reprendre à la mesure qui vous a mis en faute, voire à la note elle-même !

 

Sonate n°14 de Beethoven (Moonlight sonata), 3ème mouvement

Sonate n°14 de Beethoven (Moonlight sonata), 3ème mouvement.

2. Vous appréhendez mieux les dimensions du clavier.

Ce qui m’a le plus gêné lorsque j’ai commencé à regarder la partition (et donc arrêté de regarder mes mains) c’est que dès que je devais déplacer mes mains je jouais une fausse note, généralement la touche à côté de la bonne !

Cela vient du fait que je n’avais pas bien conscience de l’espacement entre deux notes du clavier. Cela s’est beaucoup amélioré depuis et c’est vraiment utile, même dans les morceaux joués de mémoire.

En effet, je fais beaucoup moins attention lorsque je dois déplacer mes mains sur le clavier, c’est utile dans les morceaux rapides notamment.

3. Lire la partition, c’est un (grand) pas en avant pour la lecture à vue.

Pouvoir jouer n’importe quel morceau rien qu’en voyant la partition, n’est-ce pas le rêve de tout pianiste ?

Savoir suivre la partition d’un morceau que l’on sait jouer ne vous paraît-il pas primordial si l’on veut un jour pouvoir jouer des morceaux inconnus en lisant la partition ?

Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de toujours lire la partition, mais faites-le régulièrement et vous verrez la différence !

7 commentaires

  1. Snoopy

    Bonjour,

    J’ai commencé le piano sans savoir lire une partition. Je procédais donc beaucoup par imitation et mémorisation, donc sans lire la partition en jouant. C’est depuis que j’ai adopté une méthode de travail que j’apprends progressivement à jouer en lisant la partition. Je confirme donc les 3 avantages listés dans cet article : apprendre à jouer « à vue » est vraiment un grand pas en avant dans l’apprentissage d’un instrument !

    Cependant, avec ma petite année d’expérience dans la méthode, je peux également affirmer que cette compétence nécessite du travail à mon petit cerveau. Cela marche donc sur des morceaux relativement simple, mais dès que cela se complique un peu, les yeux continuent de se poser sur le clavier. D’ailleurs, j’ai toujours besoin de mémoriser l’apprentissage de morceaux plus complexes (déplacements fréquents, rythmique variable…). Actuellement, j’arrive à jouer lentement à vue une clef à la fois, sur des mélodies sans accord. Sinon, ça passe encore par du déchiffrage note à note.

    Arriverais-je un jour à jouer des pièces relativement complexes (nocturne de Chopin par ex) à vue ? J’ai de gros doute… Trop de déplacements, d’accords ou d’arpège, complexité rythmique, indépendance des mains, etc… trop de paramètres à gérer à la fois pour en plus lire la partition.

    En lisant le livre de M. Chang, ce dernier semble me conforter dans mon idée. Sur des pièces complexes, la mémorisation est nécessaire et permet de gagner du temps dans l’apprentissage. Les deux me semblent donc complémentaires :
    – Améliorer le jeu à vue permet de gagner en rapidité d’apprentissage sur des morceaux simples
    – jouer de mémoire est nécessaire pour apprendre des morceaux complexes

    Dans tous les cas, je pense qu’un morceau est assimilé lorsqu’on sait le jouer de mémoire.

    N’ayant qu’un an d’expérience sur le jeu à vue, je suis peut être dans l’erreur ?

    Quel est ton parcours pianistique ? Partages-tu mon analyse ?

    Répondre
  2. AlainT

    Eternel sujet.
    Comme dans beaucoup de domaines, la Vérité est probalement entre les extrêmes, et à une position qui dépend de chacun.
    Celà dit, la partition n’est qu’un support de transmission de l’information. L’introduction de l’écriture musicale, au début du second millénaire, a permis de transmettre des pièce plus ou moins sans déformation (versus transmission orale).
    Il me paraît important de s’en détacher, autant que faire se peut. Il me semble clair que l’on ne peut faire de la musique, c’est à dire générer et transmettre des émotions , qu’en se détachant plus ou moins de l’écrit. Dans ce contexte, la partition devient une sorte d’anti-sèche. On ne lit pas réellement les notes, mais c’est rassurant de savoir qu’elle est là.
    Maintenant, et c’est mon objectif à long terme, la musique baroque, et en particulier la littérature pour orgue, se prête très bien à l’exécution à vue de la partition lorsqu’il n’y a pas trop de voix actives simultanément.

    Répondre
  3. cocotan

    Pour ma part, je pense que jouer avec la partition permet de mémoriser le son de chaques notes et de les associer ensemble. Je joue du piano depuis un certain temps et je n’arrive toujours pas à associer ces deux choses. Je trouve ça dommage mais quand je connais un morceau par coeur je suis capable de le jouer avec un piano mais je n’arrive pas à retrouver le noms des notes si je le fredonne dans ma tête..
    Maintenant mon professeur m’a donné quelques conseils pour apprendre par coeur un morceau, c’est de pouvoir chanter la mélodie avec le nom des notes et de jouer l’accompagnement à la main gauche.
    (un de mes buts, par exemple, est de pouvoir chanter avec le nom des notes une musique passé à la radio.

    Répondre
  4. pleyel

    Certains l’auront compris, j’aime l’orgue !
    Mais reprennons le sujet…. à votre avis, comment fait l’organiste pour jouer cette oeuvre rapide en regardant sa partition !
    Bon je veux bien, c’est un pro qui doit connaitre sa partition par coeur, mais quand même… ! Alors que regarde-t-il ? à cette vitesse et compte tenu du « graphisme »de la partition, je doute qu’il dise le nom des notes !
    partition : (http://www.free-scores.com/partitions_telecharger.php?partition=8212)
    interprétation : http://www.youtube.com/watch?v=cpZQLCMgDf4&feature=related

    Répondre
  5. pianoplayer

    En effet au premier coup d’oeil cette partition parait un peu indigeste!
    Il me semble évident qu’il ne lit pas les notes une à une, et je ne pense pas non plus qu’il dise leur nom. Mais après avoir travaillé ce morceau quelque chose doit se dégager de la partition et permet de repérer des motifs: je pense qu’il repère les groupes de 8 notes de la même manière qu’on repère les mots quand on lit un texte et pas les lettres séparées les unes des autres.
    Ensuite de la même manière que la lecture rapide consiste en la saisie de plusieurs mots en même temps, il repère peut être même une mesure entière d’un seul coup d’oeil.
    Ce qui lui permet de ne pas se perdre dans le morceau, parce que pour apprendre tout ça par coeur ça ne doit pas être évident!

    Répondre
  6. pleyel

    Oui je pensais à cela aussi ! il doit y avoir un « truc » parce qu’en fonction de l’interprète, le tempo est plus ou moins rapide.
    Par ailleurs la médolie est assez répétitive et cela doit « facilité » un peu les choses.
    Mais certains joue cette oeuvre par coeur !
    http://www.youtube.com/watch?v=DKejfYzB3ak
    Je suis toujours surpris et quelque peu emmerveillé quand j’entends cette oeuvre (que j’aime particulièrement) et que je vois cet intrument plutôt imposant !

    Répondre
  7. KOUTOUNE Anani Kossi

    Je vous remercie de tout ce que vous faites pour la musique. En effet, je suis un débutant en musique qui tient une chorale d’Eglise. Je voudrais passer par vous pour augmenter ma connaissance. Salut

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.