Annotez vos partitions !

Cela peut vous paraître sale, voire criminel, mais c’est pourtant une très bonne habitude. Mais attendez que j’aie exposé mon point de vue avant de crier, car j’étais comme vous au début !

Pourquoi est-on réticent à écrire sur les partitions ?

Je pense que cela vient principalement de la culture occidentale. Nos premiers contacts avec les livres ont souvent lieu à l’école, où on nous apprend également à respecter le matériel et à ne pas écrire sur les livres (il ne faudrait pas en racheter tous les ans).

Lorsqu’on grandit, on emprunte des livres à la bibliothèque, où il est également interdit d’écrire sur les livres, ou bien on les achète soi-même. Dans ce dernier cas, on garde précieusement ce pour quoi nous avons investi de l’argent. On nous a d’ailleurs appris que les gens biens n’écrivaient pas sur les livres.

Alors pourquoi en serait-il autrement avec des partitions ? Eh bien c’est fort différent ! Devant un roman, vous êtes spectateur alors que devant une partition vous êtes acteur ! Votre interprétation sera unique, pourquoi donc ne pas noter ce que vous faites sur la partition ?

Une partition bien annotée

Une partition bien annotée !

Je vous conseille cependant d’écrire au crayon, car cela vous permettra de modifier par la suite si vous changez d’avis. Pour ceux qui ne se sentent pas capables d’écrire sur une partition, vous pouvez toujours les photocopier et annoter les photocopies, mais ce n’est pas très écologique.

Que doit-on, ou peut-on, noter ?

Tout ce qui peut vous servir pour jouer ce morceau ! On y trouvera notamment :

  • des doigtés difficiles : inutile d’indiquer tous les doigtés, sinon cela devient illisible et inutile !
  • des indications de pédale : parfois la façon de jouer avec la pédale est assez évidente, mais ce n’est pas toujours le cas.
  • des nuances : en plus de celles du compositeur, vous pouvez indiquer vos propres nuances. Certains compositeurs n’en mettent pas du tout et laissent le choix à l’interprète.
  • des mises en évidence (entourées, fluorées, …) de passage difficiles, de nuances, … afin d’attirer l’attention dessus.
  • des exercices que vous avez fait, ou allez faire, pour travailler ce morceau.
  • la date à laquelle vous avez commencé le morceau : c’était une des habitudes de mon premier prof que je suis fidèlement. Ce n’est pas utile pour l’interprétation, mais cela vous permettra de voir vos progrès facilement.

Cette liste n’est pas exhaustive, il ne tient qu’à vous de la compléter.

Pourquoi le faire ?

Annoter la partition vous aidera aussi bien lors de l’apprentissage du morceau que lors de son interprétation, ou encore plus tard si vous décidez de reprendre ce morceau.

Le premier avantage est que tout est rassemblé en un seul endroit, vous ne risquez donc pas d’en perdre la moitié, et vous l’aurez toujours sous la main.

Le second est que vous aurez tout sous les yeux lorsque vous jouerez, il ne faudra plus vous dire « attention, ici j’avais dit que je jouais forte », ce sera écrit sur la partition.

Enfin, si vous souhaitez rejouer le morceau plus tard (et vous le ferez probablement), vous ne risquez pas d’oublier ce que vous aviez décidé au niveau des doigtés, nuances, pédales, … ce qui vous ferait perdre un temps fou si vous deviez tout refaire !

11 commentaires

  1. Xmas

    Alors là, tout à fait d’accord, et tous les profs le disent, écrivez sur vos partitions. Au tout début je n’osais pas et ne savais pas trop quoi faire
    Maintenant à la fois, je stabilote et je note, l’aide apportée est réelle : je surligne les nuances, chgt de tempo ou d’armure, j’annote surtout certains déplacements (en trouvant ses propres codes qui vont bien) ou le fait qu’à un moment je dois rentrer la main ds le clavier car on joue surtout les altérations, on peut entourer aussi les qq passages difficile à bosser absolument en priorité, enfin bref il y a des tas de raisons (très perso bien sur) de devoir annoter.
    Alors tous à vos crayons e vos stabilos !!

    Répondre
  2. Cécé

    Oui, moi aussi, j’écris dessus: bien obligée d’ailleurs car sinon j’oublierais à chaque fois les conseils de ma prof ;)

    Répondre
  3. Sasha

    C’est pourtant vrai que j’ai du mal à ecrire sur les partitions, mais tu as raison et je commence à m’y mettre.

    Répondre
  4. Ballades Piano

    Je suis tout à fait d’accord pour noter doigtés, indications de pédale et nuances. Par contre, chaque fois que j’ai entouré des passages difficiles, j’ai été gênée dans l’exécution. Je m’explique: une fois que la difficulté est réglée, on continue à voir sur la partition ce passage entouré de rouge qui nous faisait peur avant. On se crispé et on rate le passage alors qu’il n’y a plus aucune raison.
    Personnellement, je préfère noter sur mon cahier de pratique le numéro des mesures difficiles et les travailler à part. Ainsi, quand je les ré intègre au morceau, il n’y a plus d’appréhension.
    Par contre, noter les différents déplacements/respirations de la main est une excellente idée, puisque cela fait partie des indications d’articulation qui resteront jusqu’à l’exécution du morceau.

    Répondre
    • Fnor

      Personnellement j’utilise un crayon, il est vrai qu’il est bien utile de pouvoir modifier une inscription !

  5. Romeo

    Bonjour,
    Moi je suis pianiste et je donne des cours donc je suis un peu avance mais je cherche toujours a me procurer de nouvelles notions et aussi de techniques. Je trouve tres interessant ce site et aussi tres divertisant. Je suis tout a fait d’accord avec l’anotation, mais je suis un peu retissant sur le fait d’ecrire aussi pour le pedal. Moi je trouve interessant lorsque l’on laisse a libre volonte l’utilisation du pedal. Il ya de tres grand ecrivaint qui dans leurs ecritures ont bien noter pour la pedal mais moi lorsque j’ecris je laisse le libre choix, je trouve que ca donne plus d’interet et un tout petit peu plus de liberte a l’interpreteur.

    Répondre
    • Fnor

      Tout dépend du niveau de celui qui interprète. Etant donné que c’est lui qui annote sa partition, c’est premièrement dans le but de jouer la pédale volontairement et de façon maîtrisée au moment voulu. C’est particulièrement utile au début de l’apprentissage pour éviter d’en mettre partout, mais plus tard on peut effectivement s’en passer ;)

  6. GentleCat

    Moi j’écris surtout le nom des notes en dessous quand je déchiffre, pour m’aider à les apprendre et pour les retrouver plus facilement le jour suivant. Je dois dire que je suis partagé entre trouver ça utile pour les retenir et les apprendre, mais à la fois handicapant si je me repose trop dessus. Vous en pensez quoi ?

    Répondre
    • Fnor

      Je ne conseille pas d’écrire les notes, car on repose en effet trop dessus, au point de ne plus suivre la partition mais uniquement les annotations.

  7. lucie

    Bonjour,

    Tout à fait d’accord pour ne pas considérer la partition comme un document « sacré » qu’on ne peut pas annonter. Toutefois, l’excès inverse ne me semble pas bon non plus : j’ai eu des professeurs de musique écrivant absolument TOUT sur la partition (entourant / ajouter une altération dès qu’elle a été oubliée une fois, conseils d’interprétation, etc). Or, ceci nuit à la vitesse d’apprentissage : comme c’est écrit, on a tendance à se reposer sur l’annotation et du coup à mémoriser moins vite.
    J’ai également fait énormément de progrès en déchiffrage à partir du moment où j’ai eu un prof qu iécrivait très peu sur la partition…

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.