Petit exercice pour corriger un rythme approximatif

Si vous avez des problèmes de rythmes, voici un petit exercice en trois partie qui devrait vous faire du bien !

L’exercice

1) Chantez le rythme

Chantez le rythme en disant « pa » pour chaque note (ou « ba », etc., ça marche aussi !). Marquez la pulsation avec votre main pour vous assurer que vous soyez bien calé.

2) Frappez le rythme

Frappez le rythme dans vos mains. Dans l’idéal vous pouvez frapper vos mains contre une table en changeant chaque fois de main. C’est encore un peu plus compliqué !

3) Frappez le rythme d’une main en battant la pulsation de l’autre

Là, ça devient compliqué ! Et encore, en tant que pianiste on est plus avantagés que d’autres instrumentistes puisque nos mains ont l’habitude de jouer des choses différentes. Mais essayez, ce n’est pas si simple ;-)

Et ça roule

Je vous préviens, cet exercice n’est pas facile du tout. La première étape devrait aller, mais les deux autres sont plus compliquées, en particulier la dernière !

Cela vous demandera probablement un certain temps, vous n’y arriverez sans doute pas du premier coup.

C’est laborieux, mais je vous assure que cela vaut la peine. Si vous arrivez à faire cela vous pourrez alors jouer le rythme les doigts dans le nez.

24 commentaires

  1. Cynthia91189

    C’est même un très bon moyen de faire rentrer le rythme en nous. A mon cours de formation musicale au Conservatoire, en module rythme, la prof nous fait souvent faire ça. Au début de l’année c’était vraiment très dur mais avec le temps ça fini par s’imprégner en nous. Je trouve que ta proposition est simple maintenant que je pratique depuis plusieurs mois, mais j’aurais était incapable de le faire sinon. Ma prof moi, elle va encore plus loin, elle nous fait faire aussi avec les pieds, en étant debout, on doit aller de la gauche vers la droite (ou droite vers gauche peu importe), et marquer la pulsation, pendant qu’on frappe le rythme dans les mains et qu’on chante les valeurs de notes. Et après on inverse dans n’importe quel ordre, histoire de tout mélanger. C’est dur de ne pas s’embrouiller dans tout ça, entre la voix, les pieds et les mains, mais c’est très formateur. J’approuve totalement cet exercice :)

    Répondre
  2. Lounon

    C’est « rigolo » car ca fait quelques jours, que je me dis qu’il faut que je trouve des exercices pour améliorer quelques petits problèmes de rythmes dans mon morceau actuel.
    Et là, comme par magie, je reçois le lien vers cet article dans ma boîte !
    Je vais donc tenter ca dès aujourd’hui, merci !

    Répondre
  3. martyna

    … et le métronome, en v’là une bien méchante machine ! ! ! … que ceux et celles qui l’utilisent lèvent la main ! ! ! … et qui se règle de 210 à 40, de quoi faire ! ! ! … et très efficace ! ! !
    Bons rythmes, Martyna.

    Répondre
  4. Laufer

    Tout ça me paraît assez laborieux. Je n’ai pas bien saisis la structure des exercices à faire, quand au but, un métronome ne fait-il pas l’affaire? Si affirmatif, je choisis ce dernier.

    Je me vois mal jouer du piano et taper le rythme avec les mains, je n’ai que deux mains.
    Utiliser les pieds, ça oui. Et encore?

    Métronome ne reste-t-il pas le meilleur moyens de battre les rythmes? Vos avis, merci!

    Répondre
    • Fnor

      C’est un autre exercice. S’il n’y a absolument aucun problème pour battre les rythmes avec le métronome, alors ce n’est pas nécessaire. Sinon c’est un bon exercice qui permet de développer ses réflexes rythmiques.

  5. martyna

    … eh oui, le bon vieux métronome que nous imposait nos profs de musique à l’école…
    Au début c’est assez déroutant, mais on s’y fait très vite… essayez de jouer le 1° Prélude de Bach sans métronome, puis avec, et à voir les différences… surprises… et battre la mesure comme on nous l’a appris, 1 _ 2 _ 3 _4 … 1 _ 2 _ 3 _4 … 1 _ 2 _ 3 _4 ……. On joue toujours trop vite, ou on accélère inconsciemment, et on arrive à la fin en cavalant…Un peu compliqué de faire avec les mains et des tap..tap…tap… ou ba … ba… ba… Il y a le bon vieux pied dont on se sert sans y penser, et très utile… Tous les musiciens battent la mesure avec un pied, ou les mouvements du corps, c’est humain… même en classique, (à le faire moins voir, pas du jazz…) Et puis c’est chacun qui voit comment qui sent… Martyna

    Répondre
  6. chopin

    Comment corriger un rythme approximatif ? Réponse : le métronome. Le reste, bah mon bon M’sieur, c’est gentil, ça aide faute de mieux, mais comme le dit Martyna, ce n’est pas fiable. Allez, on reste sur les fondamentaux, on travaille au métronome, c’est du sûr ;)

    Répondre
  7. Laufer

    Tout les moyens sont bon s’ils permettent d’atteindre le but recherché. Je suis de l’avis de varier les moyens dont nous disposons, ne serait-ce que pour la beauté du geste?

    Répondre
  8. martyna

    Et le fin du fin est d’avoir le rythme sans rien, et puis il y a des variations d’expressions qu’un métronome ne pourra jamais faire… il y a le « feeling » qui fait qu’il y a une perception de l’auditeur qui le fera applaudir plus ou moins fort et longtemps… Je me sers du métronome pour avoir une idée de la partition, et puis, justement, apprendre à garder le rythme avec les variations. Et puis c’est aussi affaire de chacun, et solfier en battant la mesure est excellent pour se placer… Battre la mesure discrètement d’un pied et les mouvements de corps aide à l’expression… Il n’y a que le chef d’orchestre qui va justement donner le rythme et les variations … quand on est en orchestre, mais c’est un autre domaine… Mais on y arrive .. et il faut s’enregistrer, mais là, cela peut être l’horreur quand on s’écoute, et qu’on s’aperçoit du travail que reste à faire… Tiens, à propos, qui s’enregistre ? Il est vrai qu’il faut un peu de matériel, mais c’est abordable… Une rubrique à créer ? Martyna.

    Répondre
  9. Sweety

    Je crois que vous parlez de 2 choses différentes : l’article parle de corriger un *rythme* approximatif, et les commentaires parlent d’une *pulsation* approximative, ce qui n’est pas du tout la même chose : on peut jouer en rythme dans un accelerando et avoir un rythme approximatif en jouant avec un métronome ;-)

    Répondre
  10. Trésor POLO

    Merci Fnor,
    Cet exercice m’a beaucoup aidé et j’ai pu, grâce à cette technique, mémoriser une chanson de ma chorale que j’avais du mal à maitriser avant…

    Répondre
  11. Marie

    Le triolet ne rentre pas !!!!! au secours ça fait 3 semaines que je suis dessus

    Répondre
  12. Martyna

    … battre à deux temps et penser … 1-2-3 / 4-5-6 …1-2-3 / 4-5-6 …1-2-3 / 4-5-6… = 6 croches pour 2 noires … et pareillement à 4 temps …1-2-3 / 4-5-6 / 7-8-9 / 10-11-12… trois temps dans un seul … les bons vieux slows des années 60… c’est du triolet… = 12 croches pour 4 noires …

    Répondre
  13. bhtols

    Concernant le métronome, voici deux raisons pour lesquelles je ne le trouve pas très efficace : 1) Le métronome est extérieur, or le rythme ça se passe à l’intérieur, il ne sert donc qu’à corriger les grossières erreurs de rythme, non à développer la capacité à jouer en rythme.
    2) Le rythme du métronome est mécanique, c’est à dire que tous les battements sont égaux, or le véritable rythme n’a pas de battement égaux. Par exemple dans une valse qui est jouée avec un rythme qui vous ‘soulève’, le troisième temps est légèrement dilaté. C’est cette dilatation (légère) du temps qui fait que c’est ‘rythmé’. On pourrait dire – pour illustrer – que le métronome dans une mesure à deux temps donne une vision ‘équinoxe du rythme’ (premier temps = second), alors que dans la nature c’est 2*1 jour par an.
    Pour développer le rythme quel est le meilleur exercice pour les pianistes : compter à voix basse (mais haute) les temps de la mesure… Cela permet (contrairement au fait de battre avec le pied) de se situer dans l’espace-temps (1,2,3,4…). Compter à trois temps ne produit pas la même image intérieure de la mesure que de compter à 2 temps. Mettre un chiffre sur chaque temps est une activité cérébrale plus complexe qu’on ne le pense.
    Lorsqu’on le fait quelques fois, on se rend compte par la suite que, à l’intérieur, on ne peut plus s’empêcher de compte…
    Bon courage

    Répondre
  14. Alexis

    @bhtols
    Le métronome est indispensable pour s´assurer de la justesse du rythme et des pauses. Il a toujours été utilisé par les plus grands maîtres, pourtant ils jouent de manière non métronomique.

    Lorsque la pièce est parfaitement apprise, l´usage du métronome ne sera utile que pour s´assurer ou vérifier que notre rythme respecte toujours l´intention du compositeur dans sa pièce. Je suis d´accord qu´il faut compter dans sa tête ou à voix basse.

    Je vous donne un cas concret de l´importance de l´usage du métronome. J´étudie le piano en Allemagne à Munich et j´ai l´occasion de jouer et assister à des concerts. il y a quelques jours j´assistait à un concert donné par des élèves de la musikhochschule de Munich. Le premier a joué de manière virtuose, sans erreurs mais s´est entraîné sans métronome. Résultat: Aucun lien entre chaque partie du morceaux, des pauses trop longues, rythmes pas toujours exacts, bref ennuyeux pour tout le monde.

    Le métronome est à utiliser pour apprendre le morceau. Quand on travaille l´interpretation, on ne l´utilise seulement pour vérifier si le rythme est toujours juste.

    Musicalement, Alexis

    Répondre
  15. bhtols

    @Alexis
    C’est un point de vue qui peut a ses défenseurs et ses arguments.
    Pour ma part je pense qu’un métronome ne remplacera jamais un chef d’orchestre.
    Et pourtant il est plus exact au niveau rythmique proprement dit. Je n pense que la raison ne tient pas au fait qu’un chef d’orchestre indique l’intensité, l’expressivité etc…
    En fait je ne connais aucun chef d’orchestre qui bat les deux temps d’une mesure avec deux temps strictement égaux… or c’est ce que fait le métronome.
    Le temps musical me paraît être différent du temps de l’horloge.
    Le métronome est une horloge.
    Le jour où existeront des métronomes qui tiennent compte de la dilatation du temps, j’utiliserai un métronome.
    Mais c’est un point de vue… il y a place pour d’autres…

    A bon entendeur… ; )

    Répondre
  16. papbury59

    Je trouve que ce conseil est pratique mais malheureusement ne s’applique qu’a des rythmes à 1 voie . Il est très utiles de travailler les rythmes des voies séparement mais souvent ce qui pose problèmes, ce sont les deux réunis . Prenon l’étude révolutionnaire de Chopin : des sextolets à la gauche et des doubles à la droite ! Cela est assez complexe et cette dificulté est reliée à d’autres .

    En tout cas, merci pour ce conseil qui ne vas peut être pas m’ader pour le piano mais surement pour mon examen de solfège .

    Répondre
    • Fnor

      Il faut s’adapter ! A deux voix :
      1) Chanter et battre les deux rythmes.
      2) Battre chaque voix d’une main (en battant du pied).

      Pour plus de voix, on peut aussi envisager que pouce et petit doigt représentent deux voix diffférentes.

  17. bhtols

    Selon moi, je dirais qu’il ne s’agit pas d’un problème de rythme mais plutôt de coordination.

    De plus dans l’étude dite révolutionnaire de Chopin il n’y a pas de sextolets à la main gauche ;)… mais je comprends l’idée (tu aurais pu citer Fantaisie-Impromptu de Chopin dans laquelle il y a une difficulté semblable).

    Il est vrai qu’avoir des rythmes ternaires à une main et en quatre de l’autre est une réelle difficulté… la seule ‘solution’ que j’ai trouvé à cettte situation c’est de jouer très lentement et de décomposer… il faut être motivé… bon courage

    Répondre
  18. papabury59

    @bhtols
    Oups, j’ai écrit trop vite . En ce moment je travaille la révolutionnaire, et j’y ai pensé en écrivant le message . Sinon, je pensais bien à la fantaisie impromptue …

    Répondre
  19. reuns

    Bonjour, j’ai la solution pour régler tous les problèmes de rythme :

    – Quand vous écoutez un musicien, vous arrivez à entendre que c’est bien en rythme, bien propre et joli ? Et quand vous vous enregistrez, vous entendez que ce n’est pas du tout en rythme ?

    – Eh bien c’est exactement ça que vous devez appliquer à vous même quand vous jouez : vous devez trouver en vous-même votre « moi intérieur auditeur » en même temps que vous jouez, et critiquer (puis apprécier quand vous aurez progressé) ce que vous êtes en train de jouer rythmiquement. Cherchez puis découvrez l’extase que vous ressentez quand vous jouez enfin en rythme et que votre moi intérieur l’entend, et qu’il sait que si vous vous enregistrez ça sera en rythme et joli.

    C’est tout, c’est bête et pourtant ce n’est pas plus compliqué que ça, votre capacité à entendre quand quelqu’un ne joue pas en rythme c’est exactement ce qui va vous permettre de jouer enfin parfaitement en rythme.

    Notez que ça marche également pour l’interprétation et la musicalité.

    Répondre
  20. bhtols

    Bonjour, concernant le rythme, voici un point de vue différent : je pense que le problème c’est que la perception intérieure du rythme peut être très mouvante.
    Je prends un exemple : vous faites quelque chose qui vous ennuye, le temps passe très lentement.
    Vous faites quelque chose de passionnant, le temps passe très vite.
    De la même façon, lorsque nous exécutons certains mouvements, suivant leur complexité, notre perception du temps qui passe change… ainsi donc, on peut avoir l’impression que le rythme est correct sans que ce le soit… c’est tout à fait différent quand on écoute quelqu’un qui joue… on est dans une seule activité : l’écoute… Lorsqu’on joue on exécute différents mouvements, plus ou moins complexe… ainsi donc, je pense que le problème n’est pas dans cette capacité à se dédoubler en auditeur et en exécutant…
    Je crois que le problème du rythme est dans la nature des mouvements.
    Voici une réflexion supplémentaire à ce sujet : Le rythme devrait s’établir non pas tant à l’oreille que sur base des sensations. Une façon de corriger cela c’est de jouer sur un clavier muet… on ne se base plus sur l’audition, mais sur les sensations. Il faut savoir que puisque les sons ont des hauteurs différentes, c’est un peu comme si on devait calculer des distances entre des piquets de couleurs différentes… pas si simple… ainsi donc, sur un clavier muet la situation peut être différente…
    Le problème du rythme est complexe, jouer sur un clavier muet, compter de façon rythmée à haute voix ou être plus conscient de ses contacts sur le clavier, voici trois pistes de recherches qui peuvent être utile…
    Bon courage…

    Répondre
  21. bhtols

    @papabury59
    Pas facile la fantaisie impromptu (sans ‘e’), soit on sait, soit on souffre toujours…
    Personnellement pour l’avoir jouée trop jeune, je ne la recommande pas si on a pas un super niveau… même si c’est une très belle pièce.
    Mais il y en a tellement d’autres…

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.