Retour sur les exercices techniques au piano (Hanon…)

Les exercices techniques au piano (gammes, arpèges, octaves, Hanon…) sont des sujets qui reviennent très souvent dans la sphère des pianistes amateurs. Cela vaut donc la peine de refaire le point à ce sujet !

Exercices techniques vs Etudes techniques

Exercices techniques

Les exercices techniques, qui n’en a pas entendu parler ?

Je tiens à préciser que quand je parlerai d’exercices techniques dans cet article, il s’agira d’exercices qui ont été spécifiquement prévu pour travailler la technique, et uniquement la technique : les gammes, les arpèges, les exercices du Hanon ou de Brahms…

Cela n’inclut pas les études techniques (que ce soit de Liszt ou Chopin, mais aussi de Heller, Burgmüller, etc.) où l’objectif est de travailler un aspect technique dans un contexte musical et harmonique.

Enfin, il n’est pas non plus questions des « exercices dans les morceaux » où l’on isole un passage difficile pour le maîtriser plus facilement.

Je le répète donc, il s’agit principalement des gammes, arpèges, Hanon, Brahms et autres exercices sans contexte musical.

 

Les exercices techniques au piano

Autant vous le dire tout de suite, il n’y a pas de réponses à la question « faut-il pratique des exercices techniques ? ». Certains en font et ont de très bons résultats, d’autres n’en font pas et jouent tout aussi bien.

Je laisse des pianistes professionnels, un peu plus calés que moi, en parler !

 

Certains pianistes sont pour

Et le meilleur exemple est sans doute le pianiste français François-René Dûchable. Je le laisse parler :

On le retrouve notamment avec des études de Chopin sur le plateau de La boîte à musique de Jean-François Zygel.

Pour résumer son point de vue, faire des exercices permet de se préparer aux difficultés que l’on rencontrera dans les morceaux, sans dénaturer ces morceaux en faisant de la technique dessus.

 

Certains pianistes sont contre

Comme Martha Argerich, qui parle également d’exercices techniques, qu’elle a très peu fait :

Et elle résume très bien son point de vue :

Ce n’est pas parce que tu as travaillé un livre d’exercices et qu’il y a cette difficulté X qui apparaît que tu vas pouvoir la réaliser dans l’oeuvre, parce qu’elle est mise différemment. […]

Si tu travailles des tierces, cela ne veut pas dire que tu peux jouer l’étude en tierces de Chopin.

Elle faisait sa technique sur les œuvres mêmes.

 

Bonus : deux émissions consacrées à la technique pianistique

Le pianiste Philippe Cassard propose également deux émissions consacrées à la technique pianistique dans son « matin des musiciens du mercredi » :

  1. Petit précis de technique pianistique (10 avril 2013)
  2. Aspects de la technique pianistique (26 mars 2014)

Dans ces émissions, ils abordent de très nombreux compositeurs : Beethoven, Liszt, Czerny, Hanon, Heller… Merci à Dobrmann et Kerovine pour les avoir signalées à leur sortie !

Je préfère vous prévenir, il est très critique envers les exercices techniques purs (et en particulier Hanon), par contre il propose quelques « exercices dans les morceaux », notamment pour des gammes et arpèges rapides ! Regarder vers le milieu de la première émission ;)

 

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?

Etant donné qu’il y a beaucoup de pianistes qui commencent à passer par ici, je serais curieux de connaître votre avis ! Est-ce que vous utilisez des exercices techniques, pourquoi, et est-ce que vous avez observé des résultats sur votre jeu ?

Pour ma part, je n’utilise pas d’exercices techniques, premièrement parce que mes professeurs ne m’en ont jamais demandé. Je leur avais posé la question, mais ils répondaient « des exercices techniques ne peuvent pas faire de mal, mais ce n’est pas primordial ». J’ai essayé un peu tout seul (principalement le Hanon), mais je n’ai pas vu de résultats clair donc j’ai arrêté.

C’est également une question du temps, car il faut pouvoir rentrer ces exercices dans son horaire ! Actuellement je préfère apprendre des morceaux que travailler des exercices techniques, mais si j’avais 6h par jour pour le piano, mon avis serait sans doute différent.

En revanche, j’abuse des « exercices dans les morceaux ». C’est-à-dire que quand j’ai des difficultés dans un morceau, j’isole le passage et j’applique différents exercices directement avec les notes du morceau. J’en ai déjà parlé pour les grand déplacements et le rythme magique (parce qu’il a fait des miracles pour moi :p).

Et vous, qu’est-ce que vous faites ?!

29 commentaires

  1. Catherine

    Il me semble que pour les débutants comme moi, les exercices techniques sont très utiles pour muscler et délier les doigts, donc pour améliorer la vitesse de jeu et aussi pour l’oreille (gammes).

    Répondre
    • Fnor

      La question est justement de savoir si ces exercices sont plus bénéfique que de travailler les difficultés directement dans les morceaux (avec un niveau de difficulté évidemment !). Et il n’y a pas de bonne réponse, vu l’éternel débat sur le sujet !

  2. Moreau Gilles

    Bonjour,
    Je vous remercie pour ces exercices, que je n’ai pas pris le temps d’expérimenter encore.
    Je pense qu’il faut de la difficulté dans les exercices mais aussi dans les morceau, car avant tout c’est de la musique dont nous parlons.
    A très bientôt le plaisir de vous lire.
    Cordialement
    Gilles Moreau

    Répondre
  3. Jean-René

    Les exercices pour muscler les doigts ou du moins les échauffer sont importants car il évitent la tendinite, ce qui peut arriver lorsque l’on joue beaucoup. Les sportifs s’échauffent généralement avant de fournir un effort qui peut être violent, je pense que le pianiste qui est également un sportif digital, a tout intérêt à se chauffer et muscler les doigts. Les chanteurs s’échauffent bien la voix ou devraient le faire afin d’éviter d’être aphones, donc toute technique de préparation à l’effort est bonne à prendre. Ceux qui pensent ne pas en avoir besoin font ce que bon leur semble, voilà tout.
    Merci pour la façon dont vous faites profiter généreusement ceux qui visitent votre site de vos conseils ou de vos remarques pertinentes et sincères.

    Jean-René

    Répondre
  4. Hélène

    Après avoir repris le piano seule, après de longues années sans le travailler, et un niveau intermédiaire, j’ai repris des cours il y a maintenant 6 mois. Le prof me donne des exercices à faire (à peu près ceux dont parle Duchâble dans la vidée). Je constate que c’est grâce aux exercices que mon jeu devient plus clair. Alors qu’avant je stagnais, je constate plus d’assurance dans tous les morceaux que je jouais. Je dirais qu’il a fallu au moins 3 mois voire 4 d’exercices quotidiens (15 à 20 min), donc pas mal de persévérance, pour constater ces bénéfices. En tous cas, je vote pour les exercices !

    Répondre
  5. Jean-René GRUPALLO

    Tout échauffement pour un sportif est nécessaire pour éviter les « claquages » et muscler les doigts pour un pianiste qui à sa façon, est une sorte de sportif digital me paraît être tout à fait conseillé.

    Merci pour vos conseils sincères et pertinents

    Jean-René

    Répondre
  6. gelou

    Il est effectivement difficile d’apporter une réponse unique à cette question de la nécessité d’effectuer des exercices techniques ou pas. Je ne parle pas là des échauffements visant à préparer les doigts au jeu pianistique qui me paraissent indispensables.
    Je suis une débutante dans l’apprentissage du piano démarré il y a bientôt 2 ans.
    Mon professeur m’a proposé de travailler à partir d’une méthode qui inclut des petites études ayant pour objectif de travailler les difficultés qui vont être rencontrées dans le répertoire qui suit. C’est indéniablement utile!
    Mais parallèlement je fais aussi des exercices de gammes, d’arpèges, de rythmes, d’empreintes et j’ai pu constater les progrès réalisés au fil des semaines. Progrès que je peux ensuite réinvestir dans l’apprentissage de pièces musicales.
    Je dois dire que je trouve sur le site d’Humeur piano, que ce soit dans les articles que vous proposez ou grâce au forum très dynamique, un tas de conseils et d’informations très pertinents et utiles.
    Un grand merci pour tout cela.
    Louise

    Répondre
  7. Yvette Briois

    Débutante,, comme beaucoup ,je me pose la même question et je n’ai jamais remarqué que faire des exercices systématiques m’aidait. En revanche quand j’aborde un morceau nettement trop difficile pour moi et que j’arrive quand même à le jouer même pas très bien cela m’aide à progresser.

    Répondre
  8. christian

    Mon prof me donne des exercices (Hanon, plus les siens). Il a une formation classique, mais est une pointure en jazz. Mon jeu devient plus clair. Celà me donne de la stabilité et de la régularité, de l’agilité et de la force dans les doigts. Mon jeu s’est amélioré. C ‘est indéniable. Je ne trouve celà pas du tout rébarbatif, j’aime même bien cà.
    Je pense que la pluspart des gens qui fuient çà sont des gros fainéants…

    Répondre
  9. coccinelle

    Bonjour,
    D’abord un grand merci à Humeur Piano pour tous ces articles qui sont mis à disposition aux débutants jusqu’au confirmés.
    Pour ma part, je pense comme Martha Argerich, on arrive à délier nos doigts en travaillant directement la technique sur les morceaux difficiles de l’œuvre jouée.
    Mais par contre, avant de jouer au piano, je fais les exercices pour bien s’échauffer et ainsi éviter les tendinites au niveau des doigts. J’ai suivi les exercices d’échauffement avec la vidéo de Humeur Piano, très bien enseigné. Merci.
    Coccinelle

    Répondre
  10. Ian Méli

    Les exercices sont essentiels mais peu primordiaux. il vaut mieux réellement s’attaquer aux morceaux directement. en tout cas merci beaucoup humeur piano!!!

    Répondre
  11. Sandrine

    Je ne pense pas que ce soit primordial. Pour moi, le tout est de jouer régulièrement et de varier le type de morceau joué. Cependant je pense que la technique peut être un plus car elle peut permettre de s’échauffer, de travailler en détail la vélocité, la fluidité, l’agilité, l’endurance et j’en passe mais aussi de développer l’oreille musicale (en particulier avec les gammes).

    Répondre
  12. artza

    Merci pour tout ces articles tjs interressant.
    Faire des exercices genre Déliateur ou Hanon……. Je n’en fais pas car c’est chiant.
    Il faut rester dans le cadre de la réalité : personne ici veut devenir concertiste…..!
    L’important c’est de jouer, même mal, et de ce faire plaisir.
    Et certains pour ce faire plaisir ont besoin de ce contraindre à faire de exercices…………….
    D’autres non.
    S’échauffer ? oui parfois il est souhaitable de faire quelques mouvements des doigts et des poignets pour ce dégourdir et réchauffer lorsque les mains sont glacées. (je suis travailleur agricole)
    Mais on peut aussi jouer des morceaux que l’on maitrise pour se délier et travailler la musicalité.
    Pour travailler un morceau, il m’arrive de travailler les gammes correspondantes (M, m) pour repérer les altérations et imprégner de la tonalité du morceau.
    En fait la question est plutôt prof ou pas prof.
    Moi j’ai abandonné le mien , il y a des décennies, par manque de moyen et de temps.
    Mais l’important est de ne pas arrêter .

    Répondre
    • Fnor

      Bonjour artza,

      Effectivement, je fais également des exercices sur la gammes du morceau en cours car cela peut bien aider pour les doigtés dans on a une série de notes qui se suivent !

  13. musica

    Bonjour à tous !

    Personnellement je travail la technique tous les jours un peu plus d’1 heure, je pratique le piano
    depuis environ 1an 1/2 donc débutant. Je vous avoue que j’ai beaucoup progressé avec les exercices déliateur et autres exercices qui vise a acquérir force des doigts,independance…
    D’ailleurs , j’aime travailler la technique!
    Bonne journée à tous !

    Répondre
  14. Arabesque

    J’ai repris le piano il y a un an, après 35 ans d’arret , à un niveau intermédiaire.( on va dire fin de cycle 2)
    Je me suis procuré le fameux « Hanon » mais je le pratique avec modération, surtout depuis que l’excellente professeur ( Russe) avec laquelle j’ai déjà fait deux stages intensifs m’a montré comment travailler la technique dans les morceaux.
    j’avais déjà mis en pratique les « rythmes magiques » (merci Fnor) mais elle m’a fait découvrir encore d’autres méthodes.( quand un passage « résiste » il faut essayer d’aborder la difficulté par tous les chemins possibles)
    Non je n’ai pas l’ilprssion de dénaturer les morceaux en les tronçonnant ainsi ( pour la bonne cause)
    Bach m’a été très utile. Je contunue à travailler ainsi certaines pièces depuis près d’un an.
    L’argument de Martha est imparable! j’approuve à fond.
    je n’ai jamais travaillé les gammes chromatique… »Casse la tienne  » comme dirait Béru, j’en ai une belle dans la Fantaisie en Ré min de Mozart, et là , je vais la travailler la gamme chromatique.
    En ce moment j’ai repris une petite phase « Hanon » après l’avoir laissé de côté ( cause Défi Ciné)
    Eh bien, je vérifie ce que je soupçonnais: travailler les morceaux ( et Bach surtout!) me fait progresser le Hanon.( le monde à l’envers, n’est-ce-pas?)

    Répondre
    • Fnor

      Effectivement, on aimerait plutôt que ce soit l’inverse ! On ne joue pas des exercices devant un public :p

  15. Rafaèle Goiffon

    Etant ancienne gymnaste, je n’imagine pas une séance sans échauffement!
    Mais surtout, en plus de muscler les doigts et de se plonger dans la concentration, cela apporte d’autres bénéfices: mon prof me conseille de chanter les notes, ce qui oblige à les lire et à se les mettre dans l’oreille. L’autre bénéfice que j’ai constaté, c’est que cela m’aide beaucoup à automatiser la lecture des notes : en faisant des gammes ou des variantes (comme dans Le Déliateur), les notes sont faciles à lire car ce sont schémas qui se répètent, et j’ai senti que mon cerveaux s’évitait l’étape de reconnaître la note en tant que telle mais apprenait à jouer la note relative si je peux dire (au sens un degré au-dessous par exemple au lieu d’un sol après un la), donc oui, à fond!

    C’est vrai que c’est sympa d’échanger entre pianistes, comme on est tout seul devant son instrument, ça change.

    Raf

    Répondre
    • Fnor

      Effectivement, Humeur Piano est également là pour pouvoir partager :) Dans les commentaires, ou sur le forum !

  16. Onkei69

    Je dois dire que cet article ne m’a pas vraiment aidé à me positionner pour ou contre les exercices de technique pur (même si la réalité est tout en nuances de gris).

    Pour être bref sur mon parcours, j’ai commencé le piano tard (vers 16ans), et mon prof particulier me proposait des exercices pas beau, pas intéressants… dans le genre Déliateur puis Hanon, que je devais exécuter avant de travailler mes morceaux. Avec le recul (parce que j’approche de mes 22 ans), je pense que ces exercices ont été nécessaires au début (et j’insiste bien sur « au début) pour délier les doigts et muscler les D4-5. Mais à part ce passage nécessaire, je n’ai pas l’impression que les autres exercices m’aient beaucoup apporté (je pense notamment aux gammes et tierces…)…

    Mon expérience penche plutôt pour « faire sa technique avec les morceaux », en gardant un moment d’échauffement (exercices, impros, morceaux déjà connus) avant le travail (note: quand j’avais le temps, je travaillais 1 à 4 heures d’affilées en jour de weekend ^^)

    A l’écoute de la première émission de P.Cassard, je me demande : y a-t-il des exercices de technique qui ne sont plus adaptés à notre temps ? (cf la fin du 1/5 de l’émission : à l’époque, la force était nécessaire, mais les fabriquants de pianos ont amélioré la puissance de l’instrument…)

    Répondre
  17. Viv

    Welcome Back Fnor
    Merci pour tes articles et trouvailles comme les émissions de radio !!!

    Répondre
  18. Soudan

    Bonjour,

    Merci d’aborder ce genre de sujet!!! Grand débat!

    Je n’ai pu m’empêcher de sourire en lisant Argerich, puisqu’il y a encore aujourd’hui des témoignages où Argerich et B. Gelber faisaient des concours de tierces et d’octaves lorsqu’ils étaient élèves de Scaramuzza.
    Mais autant le dire, je suis moi-même très méfiante vis à vis d’Hanon.
    En revanche, moi qui avais échappé toutes mes années de conservatoire à la technique (je n’y suis rentrée qu’en dernier cycle) j’ai toujours senti que mes limites pianistiques n’étaient plus très loin, surtout quand je suis rentrée en conservatoire supérieur.
    A ce moment là pendant que je -galérais- dans un concerto de Mozart (alors que Prokofiev ou Brahms me posaient moins de problème), mon professeur m’a fait reprendre des exercices de Czerny. Ces exercices travaillés en s’écoutant et en remettant en cause mes mécanismes, l’analyse harmonique etc… Il est vrai que ça m’a transformé ce concerto et éclaté le niveau des limites que je croyais.
    En outre, je pense dangereux de travailler un passage d’un morceau en y trouvant 20 exercices différents de rythme etc…. C’est ce que l’on m’a enseigné pendant des années. Pourquoi je pense ça inutile? A la fin, nous perdons toute virginité dans l’écoute de la « musique » de ce passage et s’habituons à l’entendre dénaturé, répété de nombreuses fois: bref, l’oreille se fatigue alors même que c’est l’écoute, qui est à mon sens, l’origine même de la technique et du travail technique. (ici, je ne parle pas de travail très lent, voix séparées etc.. uniquement de trouver des exercices de rythme et compagnie).

    Voilà, ceci n’est qu’une petite partie de ma petite expérience.

    Répondre
  19. Borguinon Michel

    Cela fait six ans que je joue du piano et chaque jour week-end compris, je travaille Hanon durant trois quart d’heure, d’abord mains séparées, ensuite les deux mains. A mon avis ce n’est pas négligeable étant donné que ces exercices permettent de garder un bon assouplissement tant des doigts que des poignets. Donc à 100% pour.

    Michel

    Répondre
  20. Michel

    Je pense que chaque pianiste, qu’il soit amateur ou professionnel, doit avoir sa propre objectivité sur ce sujet. Pour ce qui me concerne, avant de commencer soit une étude ou la répétition d’un opus, je fais les huit premiers exercices de Hanon en variant les vitesses selon ce que je ressens. C’est ce que je fais depuis plusieurs années et je m’en trouve bien.
    Michel

    Répondre
  21. Michel

    J’jouterai en matière d’échauffement : tous les jours au levé je pratique vingt-cinq minute de gymnastique intensif afin d’assurer une bonne musculature du dos (chose indispensable pour un pianiste qui passe des heures le dos sans appui). De plus je fais beaucoup de marche avec mon chien. Une bonne hygiène mentale et physique sont aussi indispensable. Mon adage est :
    Labor improbus omnia vincit ce qui veut dire : un travail laborieux arrive à bout de tout.
    Michel

    Répondre
  22. reuns

    pour moi les exercices techniques sont fondamentaux et indispensables, je ne pourrais pas jouer sinon. mais ce sont presque tous des exercices hors du piano : sur une table, sur un bouquin, etc… pour sentir ses doigts et dépasser ses limites, réussir à faire des trilles avec 4-5, avoir un pouce efficace et précis.

    mon conseil : travailler le maintien en l’air de chaque main (en lévitation juste au dessus des touches) : vous devez être capables de ne pas vous appuyer sur le fond de la touche avec vos doigts. ça implique d’avoir des muscles de l’avant bras très puissants. et travaillez la précision : exercez-vous à enfoncer la touche au strict minimum (2-3mm) sans pour autant jouer staccato ni diminuer l’intensité : travaillez ainsi la précision du lié, l’instant où le doigt se relève.
    vous verrez qu’avec une technique aussi percutante et précise, au début ça cause des difficultés notamment à cause des touches noires qui sont plus hautes, mais après quelques semaines tout d’un coup on est capable de jouer une étude de Chopin parfaitement et avec une grande musicalité et surtout en sentant presque chaque note individuellement !

    Répondre
  23. Lotuspensif

    J’ai repris le piano récemment après une longue pause et ces exercices m’aident. Pour la technique je n’ai pas d’avis arrêté mais j’ai l’impression d’avoir un auriculaire plus fringant. Je leur trouve une autre vertue cependant. Mon fils a quatre ans et j’ai du mal à trouver du temps pour me concentrer. Commencer par les exercices permet une transition vers le travail qui m’est précieuse. Une sorte d’échauffement mental pendant lequel je ne suis pas trop frustrée si je dois m’interrompre et après lequel je me sens prête pour débuter les morceaux même avec des combats de super héros en fond sonnore. Ils me rendent zen ;)

    Répondre
  24. Zutroy

    Salutations !
    Après une dizaine d’années de guitare, j’apprends le piano dans le but de savoir jouer mes propres compositions.
    Dans mon cas, les exercices techniques sont plus concrets.
    Cela dit, je pense que l’étude de morceaux apporte plus que de la technique : la musicalité, et un « ressenti » différent selon le morceau étudié, propre à chaque compositeur. L’ensemble des œuvres étudiées apporte ainsi une certaine largeur, une ouverture, une variété et donc une richesse musicale que des exercices purement techniques ne peuvent offrir.
    Je vote donc pour les deux !
    L’important est de se rapprocher de la musique que l’on aime ^^,

    Répondre
  25. alpaccino

    Cet article est vraiment intéressant !
    Question difficile en effet que celle du travail de la technique !! D’abord je pense qu’il est important de distinguer les exercices d’échauffement des exercices d’amélioration. Les premier ne sont pas ceux sur lesquels il est intéressant de s’attarder, en effet je pense que les exercices Hanon que j’ai un peu utilisé ne servent qu’à ça, échauffer les doigts, mais ne permettent pas un évolution de la technique ! Je n’ai personnellement pas beaucoup fait d’exercices techniques, je pense qu’en travaillant chaque morceau de manière efficace et jusqu’au bout on finit par surmonter les défis techniques, et plus on joue, plus on rencontre de difficultés que l’on finit par surmonter. Je pense que c’est cela qui nous permet d’évoluer vraiment efficacement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.