Naissance d’Humeur Piano

Ca y est, enfin ! Le premier article d’Humeur Piano !

Tout d’abord, laissez-moi me présenter, je m’appelle Cédric et je suis passionné par la musique, en particulier par le piano. Je vais, dans ce premier article, vous présenter la petite histoire de la création de ce blog, cela me permettra d’établir d’où je viens et où je vais.

Touches d'un piano

Vous jouez du piano ?

L’idée

Il faut savoir que l’idée de créer ce blog n’est pas neuve : j’ai toujours voulu partager ma passion avec d’autres sur le web et, les plateformes existantes ne me convenant pas, je souhaitais créer la mienne afin d’y établir une petite communauté autour de cette passion commune.

C’était sans compter sur les problèmes techniques… La programmation étant un autre de mes hobbys, j’ai d’abord voulu coder le site moi-même. Et comme souvent dans ces cas-là, je n’arrivais pas à obtenir exactement ce que je voulais et j’ai fini par abandonner.

Plus récemment, j’ai pris la décision de me reposer sur un système « clé sur porte » : WordPress. Il s’agit d’une plateforme permettant de créer un blog facilement. Le projet ayant beaucoup murît depuis ma première tentative, il s’avère que je peux faire à peu près ce que je veux grâce à de nombreux plugins.

Après cette décision, je me suis encore heurté à un problème, cette fois c’était pour le nom de domaine ! Je l’ai acheté et reçu très rapidement, mais j’ai eu de nombreux problèmes pour effectuer la redirection et il s’est écoulé presque un mois entre l’achat du domaine et sa mise en place effective…

Le déclic

Comme je l’ai déjà dit, j’ai toujours voulu créer ce site, alors qu’est-ce qui m’a décidé cette fois-ci ?

Et bien c’est mon professeur de piano, ou plutôt le fait que j’ai changé de professeur. Cela m’a permis de comparer deux méthodes d’apprentissage fort différentes : alors que mon ancien professeur délaissait un peu la technique (du moins à mon goût) au profit de l’interprétation, la nouvelle insiste énormément sur la technique.

Là où mon ancien professeur « se contentait » de corriger les erreurs qu’il voyait, la nouvelle m’a appris des méthodes et exercices pour prévenir ces erreurs ou bien les corriger moi-même avant de venir au cours. Et j’ai trouvé ça magique ! Le fait de ne plus (ou en tout cas beaucoup moins) être gêné par ladite technique m’a permis d’apprendre les morceaux plus rapidement pour me consacrer justement à l’interprétation.

Mais vient alors le constat : si je n’avais pas changé de professeur, je n’aurais pas ces « trucs » si utiles. Je pense que bien souvent on ne remet pas en question ce que dit le professeur, ou ce que l’on fait nous-même, et on loupe peut-être quelque chose.

C’est particulièrement vrai pour les élèves autodidactes ou allant à l’académie, ça l’est moins pour ceux qui ont un professeur particulier car on paie plus donc on peut sans doute en attendre plus, et généralement nous l’avons choisi.

Le but

Le but de ce blog est donc principalement de me permettre de partager avec vous mes « trucs », mes découvertes, mes coups de coeur, etc… et ce au travers de mon évolution : il me reste énormément à apprendre et je pourrai vous faire profiter de cet apprentissage en temps réel.

Mon but à long terme est que vous aussi partagiez vos conseils avec notre petite communauté =)

Quoi qu’il en soit, bienvenue sur Humeur Piano, j’espère que la visite vous plaira !

6 commentaires

  1. Andreita

    Bienvenue chez les blogueurs :D
    Oui, changer de prof c’est important, spour ça, quand tu aura usé celle là jusqu’à la corde n’hésite pas a changer même si elle était bien :p
    (Le sundae de saison a la framboise/groseille est délicieux…)

    Répondre
  2. tiebor

    Bravo (et merci) pour ce démarrage d’un blog qui semble bien intéressant.
    Excellente continuation!!

    Répondre
  3. Loreen

    Sympa le démarrage du site :)))…. Je vais parcourir les pages pour le découvrir…. J’ai moi-même changé de professeur, à l’académie, après 3 ans. Il me manquait bpc de technique aussi! Je n’ai pas encore bcp progressé pour diverses raisons (si tu as lu un peu mon blog, tu vois de quoi il s’agit :)). Mais j’espère un peu me rattraper cette seconde partie d’année et les années suivantes.
    Loreen

    Répondre
  4. ajomon

    salut les loulous! je commence sur un clavier type synthé, qd j’aurai de l’argent j acheterai un piano. ca fait trete ans que je reve d en faire, et voila ca y est je me suis lancé dans cette aventure…ou plutot dans cette galere. mes dix doigts s emmelent, etj ‘ai pas l’oreille musicale donc j entends m^me pas quand je fais une faute, et puis il faut regarder la partition du haut (clé de sol) et du bas ( clé de faà) o secours help please

    Répondre
  5. Pierre

    Salut,

    Je trouve que c’est une excellente idée ce blog ! Je te souhaite une excellente continuation. :-)

    Répondre
  6. mozart bépo

    Salut.

    Je vous fait par de mon point de vue sur la technique, que j’ai pas trop appliquée en dehors des morceaux . J’ai 20 ans de piano dont 4 d’écoles municipale et 10 ans de conservatoires.
    Je ne suis pas dans la profession du piano, mais j’ai été sensibilisé aux techniques de lecture des partitions et de préparation pour des auditions, ou des récitals. J’ai pas le niveau à préparer des concerts.
    Dans mes premières années de piano, j’ai travaillé la technique. Après quelques débuts, j’ai ensuite appris les gammes et arpèges.
    C’est un début qui est commun à beaucoup de pianistes que nous sommes.
    La technique, je l’ai toujours vécu comme la parenthèse dans un morceau. Elle permet d’arriver à jouer un passage que je n’arrive pas à jouer, par exemple dans la 1e ballade de Chopin ou la 6e rhapsodie hongroise de listz.
    Mais, elle peut être travaillé indépendamment du morceau pour préparer un morceau futur.
    Sans m’en rendre compte jusqu’à ce que je donne des cours de piano, le solfège, le travailler de déliement des doigts permettent de notablement avancer dans le piano.

    Mais, il circule encore dans les enseignements un sacerdos sur la technique : « Il faut bosser tant de temps la technique, puis travailler les morceaux ».
    Pendant des siècles, nos ancêtres parlaient comme s’ils disaient des proverbes. Il fallait se demmerder de comprendre et appliquer.
    Je comprend que ce genre de litanie sur la technique, répété et martelé comme si c’était finalement le seule manière de sortir indemme de ce parcours musical, soit de nature à détourner de nombreuses personnes du piano.
    Un sacerdos, c’est une phrase reflexe que l’entourage du pianiste peut dire parce qu’il entend qu’un truc cloche. Il a peut être raison. Mais parfois, ce n’est pas par la technique, la virtuosité donc, que l’on résoud ce bidule qui cloche.
    Ce n’est pas parce qu’on l’entend de partout que c’est la phrase la plus efficace.
    Il y a plein de manière de travailler le piano. Mais, on peut travailler sans s’infliger de supplice.
    Un adulte doit savoir que ce qui est applicable pour lui ne l’est pas toujours pour autrui.
    Attention à ne pas faire travailler la technique sans expliquer ce que ca apporte et pourquoi on le fait.
    Quand un enfant comprend pourquoi il fait les choses, il comprend beaucoup mieux et est beaucoup plus efficace.

    Perso, je suis resté accro au piano. Mais j’ai vu des parents jeter leurs gamins parce qu’ils étaient trop exigeant envers eux, et parlaient sans savoir de quoi ils causaient.
    Si on apprend des choses pour apprendre, ca sert rien si on applique pas.

    Hannon demande de passer une heure par jour sur la technique. Hannon est virtuose accompli.
    A ce niveau, c’est comme les sportifs, si on ne s’entraîne pas, on perd vite.
    Hannon à raison donc, de dire cela, pour les personnes concernées.
    Et peut être, avec ce niveau technique, tellement large qu’il faut qu’il s’entraîne sinon il ne pourrait plus jouer tous les morceaux qu’il pouvait jouer.
    Je trouve, et ce n’est que mon avis, que Hannon se place dans un discours correspondant à SON niveau, très élevé de virtuosité.
    D’autre part, cela correspond à une personne qui, soit est dans la profession du piano, ou dispose de temps important en hobby pour avancer dans sa passion.

    Il y a beaucoup de techniques de répétitions en sport et en danse, que l’on peut appliquer au piano.
    Surtout dans le morceaux, si on doit travailler le doigté, les mains séparés, travailler les nuances, travailler le rythme, travailler la pédale….
    Dans le piano, pour avancer, il n’y a pas que la technique.
    Sans vouloir insulter les spécialistes, pour ceux qui se posent des questions, la virtuosité est désigné sous le mot technique pianistique.
    La virtuosité concerne les gammes, les gammes en tierce/quinte…., les arpèges, les octaves.
    Malheureusement, elle ne résoud pas les problèmes que l’on rencontre quand on travaille un morceau.

    Aujourd’hui, je ne peux parfois travailler que 20 minutes. Je m’inspire du travail fractionné en footing, en travaillant que certains aspects techniques. Je regarde l’objectif que je veux atteindre, et les étapes que je dois franchir pour réussir mon objectif.

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.