Musique tonale – Notions d’harmonie

Maintenant que vous avez lu l’ebook sur la formation des accords, on va pouvoir aller un peu plus loin et voir comment un morceau est vraiment construit. On appelle ce domaine l’harmonie.

Si ce n’est pas encore bien fixé dans votre esprit je vous conseille de relire l’ebook avant de commencer cet article ;)

Notions d'harmonie

Tonique et tonalité

Nous avons vu qu’il existait 12 notes différentes… Dans notre musique occidentale, il y en a toujours une qui est beaucoup plus importante que les autres. On appelle cette note la tonique. Prenons mi pour exemple.

Nous avons vu également qu’à partir d’une note on pouvait former deux gammes : une majeure et une mineur. La combinaison d’une note (la tonique) et d’une gamme (majeure par exemple) nous donne la tonalité du morceau : mi majeur dans notre cas.

J’ai déjà parlé d’une astuce pour trouver la tonalité d’un morceau, n’hésitez pas à aller la revoir ;)

 

Tonique, médiante, dominante…

Comme vous le savez, une gamme compte sept notes. Dans le cas de mi majeur : mi, fa#, sol#, la, si, do#, re#.

A partir du moment où vous avez défini une tonique, chaque note de la gamme a aussi un nom particulier.

Ex. Nom
1 mi Tonique
2 fa# Sus-tonique
3 sol# Médiante
4 la Sous-dominante
5 si Dominante
6 do# Sus-dominante
7 ré# Sensible

Vous devriez surtout retenir les noms de tonique, médiante, dominante et sensible car on les utilise tout le temps. C’est en effet ces notes qui compose l’accord de mi majeur, le plus important !

 

Chiffrage des accords – Approche de l’harmonie

Cependant on ne s’arrête pas seulement aux notes ! En effet, à partir de chaque note de la gamme on peut former un accord. On écrit ces accords en chiffres romains, en fonction de la note principale. Par exemple si l’accord est basé sur la dominante (5), on écrira l’accord V.

Pour construire ces accords il faut absolument utiliser des notes qui font partie de la gamme de la tonique. Revenons en do majeur, ce sera plus simple pour comprendre…

Vous voulez construire un accord sur le ré (II). Vous avez deux possibilités : majeur (ré-fa#-la) ou mineur (ré-fa-la). Or fa# ne fait pas partie de la gamme de do majeur. Vous devrez donc utiliser le ré mineur pour l’accord II.

Voici un petit récapitulatif qui devrait vous aider :

Gammes majeures

I II III IV V VI VII
C Dm Em F G Am Bdim
Db Ebm Fm Gb Ab Bbm Cdim
D Em F#m G A Bm C#dim
Eb Fm Gm Ab Bb Cm Ddim
E F#m G#m A B C#m D#dim
F Gm Am Bb C Dm Edim
Gb Abm Bbm Cb Db Ebm Fdim
G Am Bm C D Em F#dim
Ab Bbm Cm Db Eb Fm Gdim
A Bm C#m D E F#m G#dim
Bb Cm Dm Eb F Gm Adim
B C#m D#m E F# G#m A#dim

Remarquez que si la tonalité est majeure, les accords I, IV et V seront majeurs, tandis que les II, III et VI seront mineurs (on les écrit parfois ii, iii et vi pour cette raison). Le VII est un peu compliqué et très peu utilisé, je le laisse de côté pour le moment.

Gammes mineures

I II III IV V VI VII
Am Bdim C Dm Em F G
Bbm Cdim Db Ebm Fm Gb Ab
Bm C#dim D Em F#m G A
Cm Ddim Eb Fm Gm Ab Bb
C#m D#dim E F#m G#m A B
Dm Edim F Gm Am Bb C
D#m E#dim F# G#m A#m B C#
Em F#dim G Am Bm C D
Fm Gdim Ab Bbm Cm Db Eb
F#m G#dim A Bm C#m D E
Gm Adim Bb Cm Dm Eb F

Si la tonalité est mineure, alors I, IV et V sont mineurs (parfois écrits i, iv et v). III, VI, VII sont majeurs.

Ce n’est évidemment pas à retenir par coeur, vous pouvez y revenir lorsque vous en aurez besoin !

L’accord de septième de dominante (V7)

Vous pouvez maintenant comprendre pourquoi on diminue d’un demi-ton la septième note dans l’accord de septième dominante.

Prenez l’exemple de do majeur : la dominante est sol. Si on regarde la gamme de sol, on devrait prendre sol-si-re-fa#. Cependant fa# n’est pas dans la gamme de do, on doit donc prendre fa !

Voilà qui est réglé si cela vous perturbait ;-)

 

Fonctions des accords

Ce qu’il faut savoir, c’est que chaque accord s’utilise dans des cas précis. En connaissant ces fonctions vous pourrez donc comprendre comment la musique est construite, et commencer à la construire vous-même dans des composition en enchaînant des accords !

Vous allez commencer à comprendre qui vous paraissait « magique » et « inexpliquable » en musique. Et à utiliser tout ça !

Au programme du prochain chapitre : l’accord de tonique (I) !