Au cours de votre « carrière » de pianiste vous avez très certainement rencontré des termes comme prélude, fugue, nocturne ou étude. Mais savez-vous pourquoi on appelle ces pièces comme cela ?

Prélude

Les préludes sont habituellement assez courts et doux. Ils sont caractérisés par un motif rythmique et/ou mélodique qui réapparaît plusieurs fois. Ce motif peut être répété ou bien légèrement modifié au fur et à mesure que la pièce progresse. Un prélude peut être joué seul ou précéder une autre oeuvre, généralement plus complexe.

Fugue

Les fugues sont caractérisées par la présence de plusieurs voix exploitant le principe d’imitation. Le terme fugue vient du fait que l’auditeur a l’impression que le thème « fuit » d’une voix à l’autre. Les fugues demandent de solides compétences car elles sont souvent assez complexe (de pas la présence de plusieurs voix), et il faut pouvoir exprimer chaque voix distinctement.

Pour trouver quelques exemples, vous pouvez regarder les préludes et fugues de Bach qui sont certainement parmi les plus connus.

Nocturne

Nocturne

Les nocturnes sont généralement des pièces lyriques et tranquilles. Un nocturne mise avant tout sur l’expressivité. Ils n’ont pas de forme clairement définie mais ils se développent à mesure que la musique progresse.

Etude

Vous l’aurez probablement deviné, les études sont des pièces destinées à travailler une technique particulière. Elles sont généralement assez difficiles car elles contiennent des passages très rapides, des arpèges…

Pour quelques exemples regardez du côté de Chopin, c’est certainement le plus connu en termes d’études et de nocturnes.

Source : ePianoStudioWikipédia.
Crédit photo : Doortoriver