Quels progrès au piano attendre de votre pratique ?

Un article paru dans « Online Trombone Journal » par Tim Ervin analyse les progrès auxquels peuvent s’attendre les étudiants en fonction du temps qu’ils consacrent à leur instrument chaque jour. Bien qu’elles soient avant tout destinées aux trombonistes, ses remarques peuvent s’appliquer à tous les instruments. Découvrons donc ensemble la version traduite et adaptée par mes soins.

Si vous pratiquez 2 à 3 heures par semaine (20 à 30 minutes par jour), vous apprendrez doucement les notes et quelques rythmes. Vous pourrez développer un jeu de qualité moyenne si vous imitez un bon exemple, comme un professeur. Vous pourrez profiter de votre instrument et aimer en jouer, beaucoup de débutants pratiquent de cette façon.

Si vous pratiquez 5 à 6 heures par semaine (45 minutes par jour), vous pourrez progresser  au piano lentement si vous gérez soigneusement votre temps. Vous trouverez probablement le temps de vous échauffer convenablement. Vous apprendrez vos morceaux suffisamment bien pour ne plus faire d’erreur de lecture, ne plus hésiter et éliminer presque toutes les erreurs.

Progrès au pianoVous pourrez aussi essayer d’apprendre des morceaux, en dehors des cours, pour un groupe ou pour votre propre plaisir. Vous pourriez même trouver du temps pour effectuer des exercices purement techniques tels que les arpèges.

Au delà de 10 heures de pratique hebdomadaire (1h20 par jour), vous remarquerez d’importants progrès dans votre jeu. Vous pourrez apprendre plusieurs morceaux en même temps et vous pourrez régulièrement consacrer du temps à des choses qui sont souvent négligées : exercices techniques, improvisation, lecture à vue, jouer un morceau à l’oreille, … Vous pourrez vous attaquer à des pièces difficiles, envisager de jouer avec d’autres musiciens, … Votre lecture s’améliorera significativement ! Vous utiliserez le métronome et établirez une vraie routine d’échauffement.

Si vous trouvez une chose vraiment difficile, vous aurez du temps pour vous y consacrez et pour la jouer. Vous aurez du temps pour corriger vos mauvaises habitudes. Vous n’arrêterez pas de penser au piano et vous serez assez fier de votre jeu et de vos progrès au piano.

Enfin, à partir de 15-20 heures par semaine (2-3 heures par jour, ou plus !), vous obtiendrez tout ce qui a été écrit précédemment et vous pourrez apprendre de plus en plus de morceaux de plus en plus vite. Vous pourrez vous construire un répertoire et revoir d’anciens morceaux que vous avez déjà joués, vous pourrez improviser, progresserez rapidement avec les techniques inhabituelles et vous serez un sérieux concurrent dans les compétitions professionnelles.

Pour ma part, je ne fais pas tout d’une traite donc c’est difficile à dire, mais je pense travailler un peu plus d’une heure par jour quand j’ai accès au piano… Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, donc il faut plutôt compter environ 45 minutes si on fait une moyenne.

Et la description correspond assez bien à ce que je fais : je ne pratique pas d’exercices purement techniques (en dehors de ceux que je reçois au cours et qui sont directement adaptés aux morceaux que je joue, j’y reviendrai dans d’autres articles), mais j’apprends régulièrement des morceaux de mon côté, pour mon plaisir.

Et vous, combien d’heures jouez-vous par jour, en moyenne ?

23 commentaires

  1. Quadehar

    J’ai l’impression qu’il y a une grosse ambiguïté dans cet article entre temps de travail et méthode de travail. La théorie ici semble être que plus on y passe du temps, meilleure est la méthode de travail, c’est-à-dire qu’un individu travaillant 20-30 minutes ne fait pas d’exercices et se contente de jouer ses morceaux, et qu’un individu travaillant une heure et demi fait tout convenablement.

    Je pense qu’il est tout à fait possible en 20-30 minutes par jour, en travaillant efficacement, d’avoir le même rythme de progrès qu’un individu travaillant une heure et demi par jour, mais dont la méthode de travail n’est pas parfaite.

    Pour ma part, je pratique de façon assez irrégulière le piano, il y a des périodes où je peux passer 2 heures par jour, puis d’autres où je ne touche pas le clavier durant plusieurs jours. Cela ne me permet pas de progrès réguliers, mais bon, je n’ai pas un temps infini ^^

    Répondre
    • Fnor

      Il n’est pas vraiment question de méthode de travail dans cet article.
      Il est avant tout destiné aux personnes ayant un professeur (d’où le terme étudiant), ce qui implique d’avoir une méthode de travail d’une certaine qualité.
      Les résultats auxquels s’attendre donnés dans l’article se basent sur un élève normal ayant une bonne méthode de travail et travaillant un certain temps par semaine.

      On ne peut bien sûr pas tenir compte des particularités de chaque personne ici, ce sont des généralités. Deux personnes ayant la méthode de travail et pratiquant autant l’une que l’autre peuvent d’ailleurs avoir des résultats différents.

      Concernant la pratique, je pense qu’il faut être le plus régulier possible pour progresser un maximum, mais cela fera l’objet d’autres articles !

  2. Marilou Ferlandt

    Bonjour,

    Je joue du piano depuis toujours et plus ou moins à la même constance. J’ai maintenant 28 ans et enseigne des initiations à la musique et au piano en particulier. Il y a 3 ans, j’ai eu beaucoup de temps libre puisque j’étais en recherche d’emploi et rien n’était disponible pour moi. Je me suis donc concentrée sur la musique à raison de 3 à 5 heures pas jour. J’ai vécu une redécouverte fantastique de mon instrument! J’ai réussi à retrouver un niveau que je n’avais plus et j’ai passé à travers des noeuds qui m’empêchaient d’improviser et de vraiment maîtriser mon instrument comme j’en rêvais depuis bon nombre d’années! Ceci n’aurait jamais été possible si j’avais continué à un rythme de 30 minutes une fois de temps en temps…! Merci la vie!

    Répondre
  3. ALEX

    Ca fait 10 ans que joue du piano; jusqu’à maintenant je jouais 30-45 min par jour, mais cette année, face à la difficulté des morceau que mon prof m’a donnés, j’ai du travailler plus, jusqu’à 3 heures par jour; et vraiment la différence est énorme.le piano fait désormais partie du quotidien, ma technique est beaucoup plus solide et je peut déchiffrer et jouer jusqu’à 5, voir 6 morceaux en même temps.Evidemment tout dépend de l’efficacité du travail, mais la durée est tout de même déterminante pour la vitesse de progression.

    Répondre
  4. Julie

    Bonjour,

    Je joue du piano depuis deux ans, à raison d’1 ou 2 heures par jour. Je me rends compte que j’ai fait de grands progrès et j’ai de plus en plus de plaisir à jouer. Je ne peux plus me passer de mes heures de piano ! Malheureusement, je dois partir en séjour à l’étranger pendant un an et je doute de pouvoir avoir accès à un piano pendant tout ce temps pour continuer à pratiquer. Pensez-vous qu’un tel arrêt soit fatal et que je dois m’attendre à tout perdre, tout du moins à régresser, et devoir reprendre tous mes efforts ?

    Répondre
    • Fnor

      Bonsoir,

      Je ne peux pas en témoigner personnellement puisque je n’ai jamais arrêté sur une si longue période, mais des adultes qui reprennent témoignent sur les forums que c’est comme le vélo : on n’oublie jamais entièrement. Par contre je pense qu’on perd inévitablement en souplesse et en dextérité, et qu’il faudra travailler à ce niveau.

      Je pars aussi à l’étranger durant deux ans, mais le piano est la première chose que je mets dans le coffre :)

  5. Coco

    Pour ma part, je joue du piano environ 1h par jour mais après avoir fait de sérieux effort, je trouve que je commence à « stagner » dans ma progression, j’apprends tout seul certes mais je trouve tout de même ça bizarre.

    Répondre
  6. Keny

    Moi je joue 1 ou 2h par jour quand je rentre des cours avant de faire mes devoirs (oui mes devoirs car je suis en 5e

    Répondre
  7. maiane

    Bonjour

    Quels exercices techniques me conseillez vous de travailler pour les 4 et 5eme doigts dont le manque de souplesse gêne mon jeu.
    J’ai la même question pour la souplesse du poignet(crispation).

    Merci

    Répondre
  8. steiffano

    @maiane
    Une façon simple de travailler tous les doigts, c’est de faire des gammes. 5 à 10 minutes tous les jours avant de commencer le travail des morceaux. Cela a l’avantage de chauffer les doigts et de faire travailler la souplesse des poignets. Il y a bien sûr plein d’autres exercices qui varient selon le niveau, mais je ne connais pas le vôtre. N’oubliez pas que les gammes sont au pianiste ce que le vocalises sont au chanteur. C’est pour la vie !

    Répondre
  9. ppiiaannoo

    c’est sur qu’il faut differencier les moments ,
    « travailler » les gammes, les accords, c’est pas super cool mais sa apporte , il faut essayer de s’amuser avec je pense, genre pour des approches sur les accords d’un morceau. je me force a le faire souvent mais sa ne dure pas longtemps!
    jouer vraiment, s’eclater ,improviser tout seul ou en groupe. c’est sur que c’est pas du travail mais je pense que sa apporte beaucoup plus niveau sensibilité ,expression tout ça , et c’est bien le pricipal.
    je joue du piano 1 ou 2 heurs par jour

    Répondre
  10. lilmoz

    je joue 1h30 1 jour sur 2 car g des problemes de poignets et je trouve qu’on peux aussi progresser pas mal si on travail régulièrement,perso je travail en 1h30 env,1 morceau,exercices techn,et exercices(en ce moment spécifique au nuances et phrasé)sans compter les gammes et arpèges pour s’échauffer!

    Répondre
  11. sucreriiies

    Je joue du piano depuis environ 2 mois et d’après le prof particulier de mon ami (qui joue du piano depuis qu’il a 4 ans) j’ai bien progressé ! J’en joue a peu près 3-4 heures par jour. Grâce a votre site j’ai appris les bases du solfège ensuite (mon ami m’apprend le reste) c’est super !
    Chaque jour je commence par faire des exercices, ensuite je joue les morceaux que j’ai déjà appris, je travaille sur un morceau, et enfin je refais les exercices !

    Répondre
  12. Hugo987

    cela fait bientôt trente ans que je me heurte au mur de certaines difficultés techniques; j’ai progressé vite au début puis après, avec les bébés j’ai ralenti, puis depuis je stagne. Ce que j’aimerais aujourd’hui,…qu’ils ont tous grandis et qu’ils sont partis vivre leur vie,… c’est savoir une bonne fois pour toutes ce que je peux décemment espérer apprendre et jouer à mon âge (56ans) et ce qu’il n’est même pas la peine d’essayer. Arrêter de perdre mon temps à tenter de franchir des obstacles techniques que, même si j’y parviens un jour, je ne pourrai plus refranchir deux semaines après parce qu’il faut une heure d’exercice avant. Comment puis je m’évaluer objectivement? j’ai téléchargé graded pieces all et je me situerais entre 3 et 5 selon les jours. Est ce une bonne approche?j’aimerais quelque chose de plus précis du genre: êtes vous capable de faire des gammes au tempo de 100? enchaînements d’accords? etc…des exos de repérage technique…figures imposées pour s’autoévaluer; évidemment un prof c’est bien, mais là où je suis (polynésie) ça ne court pas les rues!

    Répondre
  13. lolita

    @Fnor
    Bonjour,
    Pour ma part, je joue entre 2 et 3 heures par jour et presque tous les jours. Mais je crois qu’il faut aborder la question de l’âge, car j’ai constaté sur votre site, beaucoup de personnes ont un certain âge. En ce qui me concerne j’ai commencé le piano à 52 ans. Je ne savais pas lire la musique avant. Aujourd’hui, je suis à la retraite. J’ai donc du temps à consacrer à mon instrument. Mais malgré les nombreux efforts, malgré les cours que je prends, j’ai, bien évidemment fait des progrès, mais je suis incapable de faire ce que les jeunes font. J’aimerais que ceux qui liront ces lignes et qui font la même expérience que moi, me fassent part de leurs remarques et expériences. Il m’arrive d’être découragée. Bien sûr, je ne joue que du classique.
    J’aimerais beaucoup vous lire à ce sujet.

    Répondre
  14. Somrudee

    Moi c’est en dent de scie. Si j’ai des objectifs comme ces temps c’est entré 2-4 par jours mais je peut être aussi totalement intéressé par autre chose et l’oublier des jours:(( mais pour moi ce qui compte c’est le plaisir de jouer seule en groupe et le fait de pouvoir exprimer ce que je veux.

    Répondre
  15. Romissi

    @lolita
    Bonjour Lolita,
    comme toi, j’ai commencé tard, à 39 ans. 39ans, 52ans, je crois que c’est du pareil au même. Nos doigts à nous ne sont-ils pas déjà « faits »… ou surtout plus « à faire »??!! Et je me sens moi aussi incapable de faire ce que font les jeunes, surtout, comment dire… avec la même désinvolture (et j’en fréquente)! Chaque morceau étudié sera conquis ; pour eux, une fois étudié, d’une semaine à l’autre, c’est dans la poche. De mon coté, c’est toujours conquis de haute lutte, et encore… « conquis » est un grand mot !; je suis depuis des mois sur la même sonatine de Clementi… Attention, je ne me lasse pas, mais il y a toujours quelque chose qui ne va pas, et je suis parfois moi aussi découragée. Si je me concentre d’un coté sur un passage pour le faire avancer, je perds de l’autre ce que j’étais (peut-être!) sur le point de maitriser… Voilà, ça, c’est pour le verre à moitié vide! Mais alors quel bonheur de pouvoir jouer un « petit » menuet ou un « petit » prélude de Bach! une valse (parmi les plus faciles) de Chopin!! Certes, en toute honnêteté et sans fausse modestie, à un niveau médiocre, mais quand même, quelle chance de ne pas passer à coté de cela, de ne pas s’en priver. Jusqu’à 39 ans, j’avais exclu de pouvoir étudier le piano (trop vieille, ma vieille!). J’ai cru pendant des années que le piano s’apprenait à partir de 7 ans ou.. plus jamais. Et puis, un hasard, deux rencontres, une enseignante qui me plait, et voilà, le piano fait partie de mon quotidien et de mon horizon. Quel bonheur de conquérir une page de musique, ne serait-ce qu’une! Les jeunes vont plus vite, mais certains abandonnent par manque d’intérêt, quand ils ne finissent pas par détester le piano. En somme, chacun son histoire! Vivons avec bonheur nos modestes conquêtes, par exemple de beaux morceaux, pas trop difficiles, il y en a tant! pour chacune de nos longues mais fructueuses étapes!!! Bon courage!

    Répondre
  16. calune

    Bonsoir,
    Moi aussi j’ai commencé « tard », à 39 ans aussi. Comme Romissi, j’ai cru que le piano ce n’était pas pour moi, je badais mes copines au collège et au lycée mais nous, on n’avait pas les moyens. Maintenant, je travaille, il y a une école de musique dans ma ville, les enfants sont inscrits, c’est moins cher à partir du 3° membre de la famille alors j’ai osé, et c’est génial. J’en suis à ma 3° année, je fais 1 h certains jours, 5′ d’autres. J’ai enchainé les morceaux les uns après les autres, comme une boulimie pendant quelques temps, le bonheur de jouer moi aussi le gai laboureur ou le petit nègre. sans toujours prendre le temps de bien interpréter mais ça vient, je le sens. Ma main gauche est de plus en plus légère, je prend un peu de vitesse mais je sens bien que ça manque de dextérité. Comme je viens de m’inscrire sur ce site, j’ai reçu le petit livre des gammes, alors je vais m’entraîner (bien que mon prof m’ait déjà conseillé maintes fois de le faire).
    Comme beaucoup, je rêve de jouer du Chopin mais pour l’instant Clémenti, Kuhlau, Beethoven font mon bonheur. J’ai envie aussi de me mettre au blues…

    Répondre
  17. sacreememe

    @lolita
    j ai etudie le pianona lage de 8ans sans apprendre de technique .les resultats etaient plaisants mais sans plus.Vers 15 ans j ai eu la chance de rencontrer une professeure ancienne concertiste et en qq annees elle m a donne des methodes pour travailler les morceaux et pour les interpreter.aujourdhui j ai 62 ans et j ai repris le piano.Bien sur je n ai pas l aisance des jeunes qui animent des soirees et jouent les airs qui font danser!mais il ne faut pas se sentir frustrer et savoir simplement se faire plaisir.si votre pratique vous apporte du bonheur ne cherchez pas plus loin et profitez de ce que la musique vous apporte de detente et de plaisir.Vvous avez la chance de savoir jouer et certains aimeraient realiser la meme chose que vous.laissez la musique entrer en vous et ne pensez a rien d autre!

    Répondre
  18. Kelsey

    J’ai lu l’article ci-dessus avec un vif intérêt. J’ai rêvé tout ma vie d’apprendre le piano, un rêve qui se concrétise depuis mon départ à la retraite. J’ai perdu beaucoup de temps (4 ans), et d’argent, avec un professeur qui — compte tenu de mon âge, sans doute — avait fixé des objectifs insuffisants. Pas de gammes. Pas d’exercices techniques. Peu de déchiffrage. Quel gaspillage… Je viens finalement d’en changer et mes progrès sont très, très encourageants. Je pense aussi que 2 ou 3 heures par jour est un investissement payant pour qui a le temps.

    Répondre
  19. Yoda

    C’est bien joli tous ça ,mais cela dépend de l’age de l’élève aussi, moi à 61 ans je remarque que mes progrès ne sont pas à la hauteur du temps que je passe au piano(+/- 2 heures par jour).
    Je suis en 2eme année piano et 3eme année solfège adulte(la dernière année). A l’académie de musique ou je suis inscrit on n’a que 25 min avec un professeur de piano par semaine.

    Répondre
    • Fnor

      Bonjour Yoda !

      Certes l’âge peut avoir une certaine incidence sur l’apprentissage, mais à moins d’une condition médicale (arthrose par exemple), on peut tout à fait arriver à de très bon résultats, même en ne commençant qu’après la retraite, comme de nombreux pianistes le montre !

      Et le fait d’être adulte a malgré tout des avantages : on est généralement plus motivé (car quand on s’y met plus tard c’est parce qu’on en a envie, pas parce que les parents nous poussent), et plus consciencieux dans notre façon de pratiquer.

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.