Détendez-vous

On ne le dira jamais assez, il est important d’être très détendu lorsqu’on joue au piano. Cependant il arrive parfois que l’on se crispe sans vraiment savoir pourquoi… Voici un petit exercice pour vous aider à jouer détendu.

Pourquoi jouer décontracté ?

Jouer détendu permet d’acquérir une bonne vélocité, un jeu fluide et une endurance au piano. Au contraire, si vous jouez tendu vous risquez de vous faire mal et serez limité dans votre vitesse.

Il faut savoir qu’au piano seule l’attaque d’une note compte : une fois qu’une note est jouée on ne peut la changer (alors que c’est possible au violon par exemple). Il faut dès lors détendre ses muscles tout de suite après avoir joué la note.

Quel exercice ?

Pour travailler votre détente, je vous propose de jouer un morceau très lentement, en faisant des petits « moulinets » avec votre coude – vers l’extérieur – sur chaque temps.

Beach relaxation

Etes-vous bien détendu ?

Il faut veiller à ce qu’il n’y ait aucune tension au niveau du poignet, du coude ou de l’épaule. Ils doivent pourvoir bouger librement sinon l’exercice n’est pas réalisé correctement. Une fois que vous êtes bien décontracté, vous pouvez passer au temps suivant et ainsi de suite.

Au fur et à mesure que vous augmenterez le tempo, vous rendrez compte qu’il n’est pas possible de faire ce petit moulinet à chaque fois, mais vous pourrez continuer à le faire sur des rythmes un peu plus longs.

Plus vous devez jouez un morceau vite et fort, plus cette détente est importante. Elle m’a par exemple sauvé la mise sur le morceau He’s a pirate du film Pirates des Caraïbes.

9 commentaires

  1. stefany

    Oui la détente est primordiale mais je crois qu’elle vient doucement au fil des années et de l’assurance qu’on prend un peu jour après jour.

    Dans mon cas, je ne me vois pas gérer l’ensemble de la technique du piano et penser en même temps à mon poignet, mon épaule, les notes, l’expression, la partoche, la pédale, la respiration …….. hahahahaha, c’est impossible ! Faut être réaliste aussi.

    Pour être détendu, il faut surtout ne pas y penser !
    Pour bien jouer, il ne faut penser A RIEN.

    Bon dimanche à tous.

    Répondre
  2. Eric

    Merci pour ces conseils, étant débutant, la souplesse me manque souvent …
    Quelqu’un a-t-il fait une video montrant cet exercice ?

    Répondre
    • Fnor

      Malheureusement pas à ma connaissance, et je n’ai pas de quoi m’enregistrer correctement…

      Mais l’exercice est vraiment aussi simple que « faire des cercles » avec son poignet. Ce n’est pas compliqué, l’important est de le faire. Pour vérifier qu’il n’y a plus aucune tension on peut prendre l’autre bras et pousser notre coude avec (ou le faire faire par quelqu’un d’autre). Si le bras fait de petites oscillations c’est bon. S’il s’arrête tout de suite ou presque, c’est que le bras n’est pas entièrement décontracté.

  3. Mojo

    C’est vraiment étrange chez moi…
    Certains morceaux me contractent complètement. A tel point que je dois parfois m’arrêter et m’étirer. Bref rien de très bon… D’autres par contre, tout aussi compliqués mais où plus de sentiments s’expriment ne provoquent pas ce genre de réaction.

    Je me demande si cela vient des morceaux (plus de sentiments, donc plus de variation du rythme, changement de tempo, de phrasés… et plus de repos pour les mains) ou bien de moi plus à l’aise sur certains morceaux que sur du Hanon. Là je ne vous raconte pas les douleurs dans les avant bras… Mais c’est tellement mécanique comme exo que je n’arrive pas a rester cool là-dessus (il faut dire que ça me gave aussi. Trop répétitif…)

    L’exercice proposé par Fnor me rappelle une émission avec un pianiste qui jouait en faisant le tour de son tabouret… Si quelqu’un se souvient de l’émission en question, merci d’avance !

    Quoi qu’il en soit, j’ai un travail à faire là-dessus c’est certain.

    Répondre
    • Fnor

      Je pense que ça vient des morceau… Personnellement j’ai très rarement des crampes/douleurs, cela ne m’arrive qu’avec quelques morceaux récents avec des rythmes et tempo un peu exigeants.

      Mojo, je pense que tu fais référence à F. Duchable, qui a joué des exercices techniques dans l’émission « la boîte à musique » de Jean-François Zygel.

  4. Mojo

    T’es un chef Fnor ! C’est bien de cette émission que je parlais. Merci !

    Quant à mes vieux os… Je souffre sur des morceaux non pas forcément techniques mais répétitifs et/ou martelés. Hanon, ou tient par exemple le Sibelius que tu m’as fait découvrir. Mais bon après tout, je n’ai pas vraiment repris le piano depuis très longtemps et j’ai de mauvaises habitudes à perdre. Sans compter sur un doigt tordu suite à une mauvaise chute qui m’handicape un peu…

    Quoi qu’il en soit, encore merci d’avoir retrouvé Duchable pour moi !

    Répondre
  5. diatosoldo

    oh c’est génial cette vidéo … Merci FNOR !
    Je vais avoir du boulot avant d’en arriver là …

    Répondre
  6. glenn

    @stefany

    Si je peux me permettre, il n’y a rien de plus important que la détente. Continuer à progresser en gardant des contractions est une grave erreur. Se dire qu’on règlera ça plus tard et la pire des choses dans la mesure où ses contractions vont s’inscrire profondément comme réflexe. Il faudra des années ensuite pour s’en débarrasser. On se retrouvera vite face à des difficultés insurmontables lorsqu’il faudra jouer vite ou chercher la beauté du son et du phrasé.
    Travailler lentement n’a d’intérêt que si on le fait dans le but de chercher la décontraction.

    Répondre
  7. Shyruvan

    Bonjour,

    Si je puis me permettre une petite précision, au piano il est important de bien atteindre la note et de bien quitter la note, donc il faut se concentrer sur l’attaque mais aussi sur la façon dont on quitte la touche, tant au niveau sonore qu’au niveau musculaire. Pour les exercices ce n’est pas gênant mais dans un morceau il faut se rappeler que quitter la note trop vite pour atteindre la prochaine tout aussi précipitamment amène beaucoup de tension.

    J’ajouterai aussi qu’il est conseillé de respecter une courbe naturelle dans le déplacement du bras et de la main quand on change de note, et de ne pas faire de mouvements trop directs ou « en ligne droite ». Cela est plus difficile à expliquer mais pour ceux que ça intéresse il y a ce livre.

    Mémoire d’empreintes – l’enseignement du piano, par Brigitte Bouthinon-Dumas, pianiste et pédagogue.

    Sinon à part ça, bon article (surtout pour la connexion avec le coude et l’épaule) :-)

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.