Cet article a été écrit par Solip d’Inspired Melodies.

Selon moi, progresser au piano c’est comme apprendre une langue. Il ne faut pas être obligé mais en faire le choix et avoir l’envie d’apprendre.

Les deux choses les plus importantes pour mieux progresser, que ce soit en piano ou en langues étrangères, sont l’entraînement sans fin et la confiance en soi quand on joue. Il n’y a pas de secret.

Effectivement l’apprentissage n’a pas de fin. Aujourd’hui je suis toujours en apprentissage continu, comme quand j’étais petite.

 

Compositrice autodidacte, je suis un cas assez particulier. J’ai arrêté mon cours de piano à l’âge de 12 ans, parce qu’au bout de Czerny no. 50 je ne trouvais plus de plaisir en suivant des cours, je m’ennuyais à jouer des morceaux qui ne me plaisaient pas, et me contenter de reproduire le contenu de la partition m’intéressait de moins en moins. Cependant, je n’ai jamais vraiment quitté le piano, le piano a toujours été présent dans ma vie, comme un ami.

Depuis, j’ai continué seule mon apprentissage du piano. Et voilà un article pour vous présenter comment j’ai progressé dans ce domaine.

 

1. Avoir des objectifs

Pour mieux progresser au piano, il est important d’avoir des objectifs clairs ou des désirs. Il peut y avoir différents types d’objectifs possibles, mais ce que je vous recommande c’est de trouver votre idole et attaquer ses morceaux petit à petit, en commençant par ceux qui sont accessibles au débutant, jusqu’à ceux pour le niveau confirmé. Tout cela pour rendre plus agréable le travail au piano.

Mes idoles sont Chopin, Schubert et Debussy. Commençant par des morceaux faciles, j’ai petit à petit travaillé mes doigts avec leurs œuvres dites difficiles à jouer. Chaque fois que je franchissais une étape, cela me donnait une sorte de fierté. Heureusement ces trois grands compositeurs, particulièrement Chopin, ont composé tellement de morceaux de différents styles que j’ai pu acquérir différentes techniques avec leurs œuvres. Et mon chemin vers Chopin est encore très loin d’être totalement parcouru.

Note de Fnor : attention à ne pas aller chercher du trop difficile ;)

 

2. Faire travailler son oreille

Mon deuxième conseil consiste à faire travailler vos oreilles, parce qu’il n’y a pas que les doigts qui sont concernés quand on apprend à jouer le piano.

Quand on apprend une langue, il ne faut pas juste parler, mais écrire et écouter. C’est pareil quand on apprend à jouer du piano. Il faut beaucoup jouer, mais ce n’est pas tout.

Dans mon cas je décide d’attaquer un morceau après l’avoir écouté plusieurs fois. Cela permet de mieux me rendre compte du niveau du morceau, et tout simplement avec les oreilles habituées, je progresse plus vite. Je dis bien « plusieurs fois », car surtout quand on est autodidacte, il n’est pas toujours facile de se rendre compte du niveau du morceau par rapport au sien, en écoutant juste une fois.

J’assiste aussi à des concerts de piano, mais comme ce n’est pas toujours facile de trouver cette occasion, je regarde des vidéos dans lesquelles les pianistes pro jouent le morceau que je vais jouer. C’est vrai que chaque pianiste interprète différemment, mais avec cette habitude, on peut non seulement améliorer nos oreilles, mais aussi apprendre de leurs gestes que l’on ne peut pas forcément élaborer tout seul.

 

3. Se faire plaisir

Il ne faut pas perdre son plaisir au piano en ne jouant que des morceaux techniques. Quand on commence à apprendre le piano, il y a tout un programme standard pour progresser. Cependant je vous recommande de ne pas jouer que des morceaux techniques ; jouez aussi des morceaux parlants, agréables aux oreilles, pour vite réaliser votre progression, comme des chansons françaises ou de la pop. Essayez également de jouer des morceaux à votre goût, pas seulement comme marqué sur la partition, c’est la base de l’improvisation et de la composition.

De la même manière, sur le plan « plaisir », je vous recommande de ne pas jouer qu’un seul morceau, mais essayez d’en attaquer 3 ou 4 à la fois. En diversifiant les morceaux qu’on joue, on peut en changer si on en a marre.

 

4. Montrer ses progrès

La meilleure solution pour avoir plus de confiance en soi avec le piano est de montrer le résultat de ses entraînements aux autres. Pour les gens timides, carrés, ou perfectionnistes, c’est un exercice assez dur, car on ne se sent jamais prêt. Dans ce cas, ça peut rester dans la famille, ou entre amis. Sinon, on peut aussi enregistrer ses morceaux joués avec soin et les partager avec les autres par exemple sur Internet.

L’un des avantages que j’ai perdu en arrêtant mon cours de piano était que je ne trouvais plus d’occasions de montrer mes entraînements dans des auditions ou des concerts. Cependant j’ai montré régulièrement ce que je jouais à mon entourage. Aujourd’hui j’ai également un site web qui présente mes travaux de composition.

 

5. Partager sa passion pour rester motiver

Progresser au piano, c’est c’est sur long terme. Une bonne solution pour maintenir la motivation à long terme est de faire partie d’une communauté de gens qui partagent la même passion et d’apprendre dans la communauté. C’est vrai que jouer du piano est souvent une activité solitaire à moins d’en faire en groupe. Surtout si vous êtes autodidacte, pour compléter ce côté solitaire, n’hésitez pas à vous entourer des gens qui vous donneront des conseils utiles.

 

Voilà mes 5 conseils. Je sais bien que chacun a son style pour apprendre le piano, mais ce qui est sûr et certain c’est que personne ne peut dépasser celui ou celle qui est régulier. Mon côté asiatique me rappelle cette citation de Confucius:

« Le génie ne peut pas gagner la personne qui est régulière dans l’effort, la personne qui est régulière dans l’effort ne peut pas gagner la personne qui aime son travail. »