Les 5 conseils de Solip pour progresser au piano

Cet article a été écrit par Solip d’Inspired Melodies.

Selon moi, progresser au piano c’est comme apprendre une langue. Il ne faut pas être obligé mais en faire le choix et avoir l’envie d’apprendre.

Les deux choses les plus importantes pour mieux progresser, que ce soit en piano ou en langues étrangères, sont l’entraînement sans fin et la confiance en soi quand on joue. Il n’y a pas de secret.

Effectivement l’apprentissage n’a pas de fin. Aujourd’hui je suis toujours en apprentissage continu, comme quand j’étais petite.

 

Compositrice autodidacte, je suis un cas assez particulier. J’ai arrêté mon cours de piano à l’âge de 12 ans, parce qu’au bout de Czerny no. 50 je ne trouvais plus de plaisir en suivant des cours, je m’ennuyais à jouer des morceaux qui ne me plaisaient pas, et me contenter de reproduire le contenu de la partition m’intéressait de moins en moins. Cependant, je n’ai jamais vraiment quitté le piano, le piano a toujours été présent dans ma vie, comme un ami.

Depuis, j’ai continué seule mon apprentissage du piano. Et voilà un article pour vous présenter comment j’ai progressé dans ce domaine.

 

1. Avoir des objectifs

Pour mieux progresser au piano, il est important d’avoir des objectifs clairs ou des désirs. Il peut y avoir différents types d’objectifs possibles, mais ce que je vous recommande c’est de trouver votre idole et attaquer ses morceaux petit à petit, en commençant par ceux qui sont accessibles au débutant, jusqu’à ceux pour le niveau confirmé. Tout cela pour rendre plus agréable le travail au piano.

Mes idoles sont Chopin, Schubert et Debussy. Commençant par des morceaux faciles, j’ai petit à petit travaillé mes doigts avec leurs œuvres dites difficiles à jouer. Chaque fois que je franchissais une étape, cela me donnait une sorte de fierté. Heureusement ces trois grands compositeurs, particulièrement Chopin, ont composé tellement de morceaux de différents styles que j’ai pu acquérir différentes techniques avec leurs œuvres. Et mon chemin vers Chopin est encore très loin d’être totalement parcouru.

Note de Fnor : attention à ne pas aller chercher du trop difficile ;)

 

2. Faire travailler son oreille

Mon deuxième conseil consiste à faire travailler vos oreilles, parce qu’il n’y a pas que les doigts qui sont concernés quand on apprend à jouer le piano.

Quand on apprend une langue, il ne faut pas juste parler, mais écrire et écouter. C’est pareil quand on apprend à jouer du piano. Il faut beaucoup jouer, mais ce n’est pas tout.

Dans mon cas je décide d’attaquer un morceau après l’avoir écouté plusieurs fois. Cela permet de mieux me rendre compte du niveau du morceau, et tout simplement avec les oreilles habituées, je progresse plus vite. Je dis bien « plusieurs fois », car surtout quand on est autodidacte, il n’est pas toujours facile de se rendre compte du niveau du morceau par rapport au sien, en écoutant juste une fois.

J’assiste aussi à des concerts de piano, mais comme ce n’est pas toujours facile de trouver cette occasion, je regarde des vidéos dans lesquelles les pianistes pro jouent le morceau que je vais jouer. C’est vrai que chaque pianiste interprète différemment, mais avec cette habitude, on peut non seulement améliorer nos oreilles, mais aussi apprendre de leurs gestes que l’on ne peut pas forcément élaborer tout seul.

 

3. Se faire plaisir

Il ne faut pas perdre son plaisir au piano en ne jouant que des morceaux techniques. Quand on commence à apprendre le piano, il y a tout un programme standard pour progresser. Cependant je vous recommande de ne pas jouer que des morceaux techniques ; jouez aussi des morceaux parlants, agréables aux oreilles, pour vite réaliser votre progression, comme des chansons françaises ou de la pop. Essayez également de jouer des morceaux à votre goût, pas seulement comme marqué sur la partition, c’est la base de l’improvisation et de la composition.

De la même manière, sur le plan « plaisir », je vous recommande de ne pas jouer qu’un seul morceau, mais essayez d’en attaquer 3 ou 4 à la fois. En diversifiant les morceaux qu’on joue, on peut en changer si on en a marre.

 

4. Montrer ses progrès

La meilleure solution pour avoir plus de confiance en soi avec le piano est de montrer le résultat de ses entraînements aux autres. Pour les gens timides, carrés, ou perfectionnistes, c’est un exercice assez dur, car on ne se sent jamais prêt. Dans ce cas, ça peut rester dans la famille, ou entre amis. Sinon, on peut aussi enregistrer ses morceaux joués avec soin et les partager avec les autres par exemple sur Internet.

L’un des avantages que j’ai perdu en arrêtant mon cours de piano était que je ne trouvais plus d’occasions de montrer mes entraînements dans des auditions ou des concerts. Cependant j’ai montré régulièrement ce que je jouais à mon entourage. Aujourd’hui j’ai également un site web qui présente mes travaux de composition.

 

5. Partager sa passion pour rester motiver

Progresser au piano, c’est c’est sur long terme. Une bonne solution pour maintenir la motivation à long terme est de faire partie d’une communauté de gens qui partagent la même passion et d’apprendre dans la communauté. C’est vrai que jouer du piano est souvent une activité solitaire à moins d’en faire en groupe. Surtout si vous êtes autodidacte, pour compléter ce côté solitaire, n’hésitez pas à vous entourer des gens qui vous donneront des conseils utiles.

 

Voilà mes 5 conseils. Je sais bien que chacun a son style pour apprendre le piano, mais ce qui est sûr et certain c’est que personne ne peut dépasser celui ou celle qui est régulier. Mon côté asiatique me rappelle cette citation de Confucius:

« Le génie ne peut pas gagner la personne qui est régulière dans l’effort, la personne qui est régulière dans l’effort ne peut pas gagner la personne qui aime son travail. »

17 commentaires

  1. Solip

    Bonjour

    Merci Fnor de m’avoir donné cette opportunité de rédiger un article chez Humeur-Piano. Ca m’a fait un grand plaisir.
    J’espère que cet article vous aidera à progresser.

    A bientôt
    Solip

    Répondre
  2. Benoît

    Bonjour Solip, bonjour à tous.
    Merci pour ce témoignage.
    Tu dis que tu as laissé les cours de piano à 12 ans et que tu pratiques en autodidacte, n’as tu jamais pensé à reprendre quelques leçons pour perfectionner certains morceaux ; et ne pas prendre de mauvaises habitudes par exemple ? Car les compositions classiques peuvent être vite difficiles. Dans mon cas, j’ai débuté adulte et j’en suis à ma 4ème année de leçons (dans une école de musique, je peux faire quelques auditions).
    Je suis d’accord, il faut prendre plusieurs morceaux de front. Cela permet de varier les plaisirs, travailler des techniques sur les plus difficiles, progresser sur l’interprétation et le déchiffrage par exemple sur les plus faciles.

    J’ajouterai un conseil sur la régularité. Il vaut mieux jouer 2, 3 fois par semaine (ou tous les jours si possible) 1/2 h, que quelques fois par mois 2h d’un coup.

    Répondre
  3. Solip

    Benoît, merci pour ton commentaire pertinent. C’est un grand plaisir de le lire. J’apprécie ton sérieux avec le piano. Et t’as bien raison avec ton conseil sur la régularité.

    C’est vrai qu’il est important d’avoir un coach pour perfectionner sa technique et pour d’autres raisons. Cependant mon souhait actuel est plutôt de trouver un mentor.

    Comme je commence à jouer mes compositions devant le public, je les pratique beaucoup, et j’ose dire que je connais mes propres morceaux mieux que d’autres personnes. Quand je les joue, je préfère respecter mes inspirations de départ plutôt que suivre les conseils des autres.

    Cela peut choquer les théoriciens, mon but n’est pas de faire des morceaux parfaits avec des règles précises, mais je cherche plutôt à composer des morceaux apaisants et calmes pour aider les gens à se détendre.

    Cela ne veut pas dire que j’étudie pas. Sinon je ne progresserai pas. J’étudie différents concepts à l’aide des livres mais aussi en écoutant les autres. Les compositeurs autodidactes qui sont déjà reconnus dans mon genre m’inspirent particulièrement beaucoup. (N’hésite pas à visiter mon site web pour découvrir ces artistes :) )

    J’ai écrit un peu longuement et j’espère qu’on continuera nos échanges.

    Solip

    Répondre
  4. caro

    Bonjour Solip,
    Tres intéressant ton article.
    Une idée m’a interpellée , le fait d’avoir confiance en soi pour mieux progresser, c’est bien vrai et c’est une notion personnellement qu’il faut que je travaille.
    le fait aussi d’écouter ou de regarder des professionnels, cela apporte réellement un plus.
    Merci pour ton article
    Caro

    Répondre
  5. Serge

    Bonjour Solip et merci pour tes conseils que je vais suivre. J’ai visité ton site et j’ai beaucoup aimé tes compositions. C’est vrai que tes musiques sont très apaisantes et j’aime beaucoup. Elles sont très zen et c’est sans doute, comme tu le précises, ton côté asiatique. J’ai mis ton site dans mes favoris afin d’aller voir les nouveautés de temps en temps. Continue comme ça, j’adore ce que tu fais !

    Répondre
  6. Benoît

    Jolie travail Solip pour ton site et surtout pour tes compositions. Je vais écouter cela d’un plus prés.
    C’est aussi très intéressant dans les commentaires qui accompagnent chaque morceau, quand tu parles de sentiments ou ton humeur au moment de l’écriture.

    Bonne continuation, à bientôt
    Benoît

    Répondre
  7. Solip

    @caro
    Caro, merci pour ton commentaire. On peut gagner de la confiance en soi en s’entraînant à jouer régulièrement, mais jusqu’à un certain point. Après c’est le caractère de chacun qui entre en jeu. C’est un point qui n’est pas évident pour moi non plus. Heureusement ça se travaille et il faut trouver ses propres astuces qui marchent mieux pour soi.

    Répondre
  8. Solip

    @Serge
    Serge, vraiment merci pour tes mots généreux et encourageants. Je suis très contente que mes compositions te plaisent. T’as bien raison de suivre le site, j’ai encore beaucoup de morceaux de détente à présenter :)

    Répondre
  9. Solip

    @Benoît
    Benoît, grâce à toi, j’ai découvert ton blog qui est très sympa sur le thème du piano. Bonne continuation avec ton projet et j’espère qu’on restera en contact :) A bientôt

    Répondre
  10. Benoît

    Oui, c’est tout neuf. Partager ma pratique, m’enregistrer et mettre en avant des artistes ou compositeurs que j’apprécie. En tout amateur ;)
    A bientôt

    Répondre
  11. Oryo

    Je confirme pour youtube, je commence à enregistrer des morceaux simples. Et le simple fait de se filmer demande un plus grande concentration sur les nuances, le techniques,…

    J’ai vu sur ton blog que tu as découvert Jon Schmidt il n’y a pas si longtemps :-) Sacred Ground(joué lors d’un mariage), Waterfall, All of me, Cherished Moments sont autant de magnifiques mélodies. Je vais regarder d’un peu plus près les autres artistes que tu présentes.

    Pour pouvoir composer du new age, y a-t-il des accords bien spécifiques à utiliser?
    Bonne continuation, j’aime beaucoup tes compositions.

    Répondre
  12. Yoann

    Bonjour

    Ton site est super et je suis 100% d’accord avec toi sur beaucoup de choses notamment la méthode d’apprentissage, choisir de morceaux que l’on aime à notre niveau, s’écoute jouer , jouer devant ses proches et se faire plaisir….

    Merci à toi pour ce super site… je suis de lyon et j’aimerais bien partager ma passion avec un groupe de pianiste… n’hésitez pas à me contacter: [email protected]

    Répondre
  13. Solip

    @Oryo
    Bonjour,

    Il y a quelques semaines que je n’étais pas passée sur ce site et je vois que des nouveaux commentaires ont été postés, merci a tous :)

    Il n’y a pas d’accord à apprendre, au moins pour moi. Comme je joue du new age classique, je me base sur ce que j’entends dans tous les morceaux classiques (new age ou non) que je connais et qui m’inspirent. Tu verras sur mon site la présentation de quelques pianistes que j’adore, mais je m’inspire aussi de Chopin, Schubert, Debussy et d’autres.

    Répondre
  14. Solip

    @Yoann Merci pour tes encouragements. Je t’ai envoyé un email pour discuter de tes projets.

    A vous tous je voulais vous dire un grand merci. Je vous encourage à vous inscrire à ma newsletter, cela vous permettra de rester au courant de mes dernières compositions et inspirations!

    Répondre
  15. Nina

    Bonjour, étant moi même autodidacte depuis maintenant deux ans, je suis tout à fait d’accord avec cet article et j’aimerais témoigner sur mon histoire. Je ne suis, certe, pas encore Mozart mais je suis fière de mon niveau et je pense que c’est très important. Les conseils de cet article sont exactement ceux que je donnerais et que je suis.

    – Je me donne des objectifs : « trouver votre idole et attaquer ses morceaux petit à petit, en commençant par ceux qui sont accessibles au débutant, jusqu’à ceux pour le niveau confirmé » Je pense que c’est le meilleur moyen de ne pas abandonner car le pianiste aime ce qu’il joue contrairement à dans certains cours.

    – Faire travailler son oreille. C’est surement là le point le plus compliqué pour un autodidacte car il est tenté de suivre des tutorials sur Youtube. Je pense qu’il faut essayer de travailler le plus d’oreille. C’est ce que je fais car je ne sais lire les partitions que très très vaguement mais je reconnais que je n’ai pas toujours le courage de passer du temps à d’abord trouver d’oreille un morceau avant de pouvoir le jouer. Je conseillerais donc de travailler le plus possible d’oreille ( voire de vérifier sur les tutorials après pour corriger et complèter ) mais de parfois se permettre de regarder sur Youtube car le piano doit rester un plaisir et il ne faut pas non plus être trop dur avec soi-même.

    -Montrer ses progrès : pour ma part, je peux jouer dans mon lycée. Je ne joue pas pour les autres mais pour moi, par contre, certaines personnes viennent me féliciter et c’est très encourageant. Ca me permet également de discuter avec eux sur le piano ( partager sa passion pour rester motiver ) et d’échanger quelques conseils. Je me suis d’ailleurs rendu compte qu’il y avait bien plus de pianistes autodidactes que ce que je pensais.
    Donnez-vous des défis fantaisistes. J’espère ne choquer aucun fan de piano classique mais mon répertoire est plutôt varié ( Muse, Queen, Chopin, une chanson de Skrillex… ) et je pense que c’est surtout ça qui me pousse à continuer.
    Enfin, si une personne est encore en train d’hésiter à prendre des cours, qu’il réfléchisse bien car s’il veut éviter le solfège et les contraintes, je l’encourage vivement à devenir autodidacte mais il faut savoir que c’est aussi un moyen d’avoir pleins de mauvaises habitudes.

    J’espère avoir intéressé certains comme cet article m’a intéressé et j’encourage tous les autodidactes à continuer le piano, prendre du plaisir dans la musique et être fiers d’eux !

    Répondre
  16. Gargamel

    @Nina
    Autodidacte depuis 7/8 mois donc debutant à 30 ans , ton expérience me motive merci. Car j’ai l’impression d’être un peu nul. Donc merci.

    Répondre
  17. Nina

    Tant mieux @Gargamel , c’est le plus important. Il ne faut jamais se sentir nul, car on ne l’est jamais. Bon courage.

    Répondre

Laisser un commentaire

Attention : veillez à ce que votre commentaire soit lié à cette article, sinon il pourrait ne pas être publié. S'il n'est pas relié, vous pouvez utiliser le forum ou le formulaire de contact.